TIGRIS, un matou du quartier


SESHAT39

Profil

Mail Privé

Carnet d'adresses

Signalez un abus

Envoyez cette page

recherchez toutes les informations sur TIGRIS, un matou du quartier
sur le site cimetierepourchien.com   sur le web  

En hommage à TIGRIS, un matou du quartier

Il est né le :--/--/----
Il nous a quitté le :30/05/2016




En hommage à TIGRIS, un matou du quartier

Un joli chat tigré !
Tu aimais la Liberté et tu menais une vie tranquille car tes maîtres te laissaient aller où tu voulais. Mais malheureusement, aujourd'hui, une voiture t'a fauché et tu as rejoint tous tes petits compagnons au Paradis des Chats.

J'allais rentrer à la maison lorsque je t'ai vu ...
Un bien triste spectacle !!

Douces pensées petit malheureux et gros câlins <3<3<3

1689 Fleurs

Déposé par Akhenaton
Déposé par Akhenaton

Ce beau bouquet pour toi, gentil Tigris, avec plein de câlins !

Déposé par SESHAT39
Déposé par SESHAT39

TIGRIS 👼😽🐱🐈😻💚💜🍁💗💜💚💛💛

Déposé par SESHAT39
Déposé par SESHAT39

TIGRIS 👼😽🐱🐈😻💚💜🍁💗💜💚💛💛

Déposé par SESHAT39
Déposé par SESHAT39

GROS CÂLINS 💙💖👼💗💛🧡💚🖤💖👼👼

Déposé par SESHAT39
Déposé par SESHAT39

THANK YOU 😘😘🌻🌻🌻🌺🌺🌺

Déposé par SESHAT39
Déposé par SESHAT39

TENDRESSES 💗💗💙💙👄🌹🌹😍😍🌈🌈🌹🌹

Déposé par SESHAT39
Déposé par SESHAT39

Dimanche 09/09/2018 💖💖💖😘😘😘🍇🍇🍇👼👼👼

Déposé par KEKER
Déposé par KEKER

Plein de câlins à toi, et un grand merci à ta mamanchat pour mes minettes, je suis très touchée !! avec toute ma tendresse...

Déposé par pacificelectric
Déposé par pacificelectric

Déposé par annie
Déposé par annie

💋

Déposé par Afleurdepeau
Déposé par Afleurdepeau

Déposé par lepapou
Déposé par lepapou

Déposé par lepapou
Déposé par lepapou

Déposé par Kimon
Déposé par Kimon

douces caresses

Déposé par Akhenaton
Déposé par Akhenaton

Caresses

Déposé par lepapou
Déposé par lepapou

Déposé par Afleurdepeau
Déposé par Afleurdepeau

Déposé par Kimon
Déposé par Kimon

Bonne fête de la "mi-aout" Tendrement.

Déposé par Akhenaton
Déposé par Akhenaton

Caresses...

Déposé par lepapou
Déposé par lepapou

Déposé par Kimon
Déposé par Kimon

Déposé par lepapou
Déposé par lepapou

Déposé par Akhenaton
Déposé par Akhenaton

Caresses

Déposé par lepapou
Déposé par lepapou

Déposé par GHETGHET
Déposé par GHETGHET

PERCY BYSSHE SHELLEY , Pour l'amours et la beautés et le bonheurs il n'y a ni morts ni changements Soit en PAIX et AMOURS a l'infini

Déposé par Afleurdepeau
Déposé par Afleurdepeau

Déposé par GHETGHET
Déposé par GHETGHET

GUSTAVE le BON , Beaucoup d'hommes sont doués de raison , très peu de bon sens , vous les Félins vous êtes doués de raisons et des sens Soit en PAIX et AMOURS a l'infini

Déposé par lepapou
Déposé par lepapou

Déposé par GHETGHET
Déposé par GHETGHET

JEAN-BAPTISTE POQUELIN , Et l'absence de ce qu'on aime , quelque peu qu'elle dure , a toujours trop duré Soit en PAIX et AMOURS a l'infini

Déposé par Kimon
Déposé par Kimon

Déposé par Akhenaton
Déposé par Akhenaton

Pensées et caresses à toi, Tigris...

Déposé par lepapou
Déposé par lepapou

Déposé par Afleurdepeau
Déposé par Afleurdepeau

Déposé par SESHAT39
Déposé par SESHAT39

Déposé par SESHAT39
Déposé par SESHAT39

Déposé par SESHAT39
Déposé par SESHAT39

Déposé par SESHAT39
Déposé par SESHAT39

Déposé par SESHAT39
Déposé par SESHAT39

Déposé par SESHAT39
Déposé par SESHAT39

Déposé par pacificelectric
Déposé par pacificelectric

Déposé par annie
Déposé par annie

💜 Caresses Tigris 💜

Déposé par Afleurdepeau
Déposé par Afleurdepeau

Déposé par lepapou
Déposé par lepapou

Tendres caresses

Déposé par Akhenaton
Déposé par Akhenaton

Tendres pensées et gentilles caresses à toi, Tigris...

Déposé par lepapou
Déposé par lepapou

Déposé par pacificelectric
Déposé par pacificelectric

Déposé par Kimon
Déposé par Kimon

Ce bouquet rempli de gros câlins rien que pour toi, amicalement.

Déposé par Afleurdepeau
Déposé par Afleurdepeau

Déposé par Akhenaton
Déposé par Akhenaton

Déposé par Kimon
Déposé par Kimon

Déposé par Afleurdepeau
Déposé par Afleurdepeau

Déposé par lepapou
Déposé par lepapou

Déposé par Akhenaton
Déposé par Akhenaton

🌼 💛 💖 🌹 🌺 🌸

Déposé par Kimon
Déposé par Kimon

Déposé par grisette
Déposé par grisette

Déposé par gribouille
Déposé par gribouille

Déposé par lepapou
Déposé par lepapou

Douces caresses

Déposé par pacificelectric
Déposé par pacificelectric

Déposé par claudinette
Déposé par claudinette

Déposé par annie
Déposé par annie

Tendresse ❤️

Déposé par tonton
Déposé par tonton

Déposé par SOCRATE
Déposé par SOCRATE

Déposé par Nathalie54
Déposé par Nathalie54

Déposé par SESHAT39
Déposé par SESHAT39

💙💛😺😻😽

Déposé par SESHAT39
Déposé par SESHAT39

💙💛😺😻😽

Déposé par SESHAT39
Déposé par SESHAT39

💙💛😺😻😽

Déposé par SESHAT39
Déposé par SESHAT39

💙💛😺😻😽

Déposé par SESHAT39
Déposé par SESHAT39

💙💛😺😻😽

Déposé par SESHAT39
Déposé par SESHAT39

💙💛😺😻😽

Déposé par GHETGHET
Déposé par GHETGHET

GHETGHET que j'AIME , Vous les Chats Vos moustaches se sont les aiguilles d'une horloges temporels, votre temps est infini touts comme votre AMOURS Soit en PAIX et AMOURS a l'infini

Déposé par Afleurdepeau
Déposé par Afleurdepeau

Déposé par lepapou
Déposé par lepapou

Tendres pensées

Déposé par lepapou
Déposé par lepapou

Déposé par Afleurdepeau
Déposé par Afleurdepeau

Déposé par annie
Déposé par annie

🌹

Déposé par GHETGHET
Déposé par GHETGHET

CATHY FREEMAN La Paix , l'unités et l'Harmonies ! Soit en PAIX et AMOURS a l'infini

Déposé par Manalie
Déposé par Manalie

Caresses

Déposé par Darkie
Déposé par Darkie

Déposé par Lcj65
Déposé par Lcj65

Plein de câlins en ce triste anniversaire 💛💙💛

Déposé par annie
Déposé par annie

💛 Tendresse Tigris ce 30 Mai 2018 💛

Déposé par Titlaine
Déposé par Titlaine

Déposé par JHYL
Déposé par JHYL

Déposé par NOIXDECOCO
Déposé par NOIXDECOCO

Déposé par Kimon
Déposé par Kimon

Tendres pensées en ce jour anniversiare

Déposé par poussy
Déposé par poussy

Déposé par tinoue
Déposé par tinoue

Pour le beau TIGRIS qui aimait trop la liberté : les chats trop libres ne vivent pas longtemps car il y a trop de dangers

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par Nathalie54
Déposé par Nathalie54

Pour toi joli chat tigré en ce jour si particulier

Déposé par sab56
Déposé par sab56

Déposé par Cjpascal25
Déposé par Cjpascal25

Déposé par joss19
Déposé par joss19

un bouquet de tendresse pour Tigris, veille sur Joss et les autres étoiles

Déposé par joelle
Déposé par joelle

Déposé par Baneb
Déposé par Baneb

Déposé par biscuit
Déposé par biscuit

Des pensées,des caresses pour toi ,pour ce jour anniversaire

Déposé par pacificelectric
Déposé par pacificelectric

de la part de Mélusine et Mélisande

Déposé par Chantalotte21
Déposé par Chantalotte21

Tendres pensées joli petit coeur.💙🌼💙

Déposé par poussy
Déposé par poussy

tendres pensées en ce jour

Déposé par tonton
Déposé par tonton

Déposé par annie
Déposé par annie

🦋🦋

Déposé par lepapou
Déposé par lepapou

Pour tes 2 ans au paradis des chats


209 messages


Déposé par SESHAT39 le 09/09/2018  

Lavons nos coeurs de nos larmes...
*
Il faut laver ce que tu dis ...
*
Il faut laver
Ce que tu dis
*
les galets blancs
Les planètes
*
Il faudrait laver
Le ciel et la pluie
*
Pour que l'amour
rutile sous l'averse
*
Il faut laver ton regard
Laver le jour à grande eau
*
Laver ton coeur
De tes larmes
*
Si tu veux lire enfin
Le monde en clair
dans la fenêtre.
*
Hélène Cadou ("La mémoire de l'eau" - éditions Rougerie, 1993)

Déposé par biscuit le 14/08/2018  

Le Chat et la Lune William Butler Yeats
Le chat s'en allait ça et là,
La lune tournait comme une toupie,
Le plus proche parent de la lune,
Le chat rampant, leva les yeux.
Minnaloushe rampe dans l'herbe
De flaque de lune en flaque de lune,
Et là-haut la lune sacrée
Commence une phase nouvelle.
Minnaloushe a-t-il conscience
Que ses prunelles changent sans cesse,
Qu'elles vont du cercle au croissant,
Pour aller du croissant au cercle ?
Minnaloushe rampe dans l'herbe,
Solitaire, sage, important,
Levant vers la lune changeante
Ses yeux changeants.

Déposé par biscuit le 09/08/2018  

Parce que...
C'étaient des moments heureux.
Ces moments ont existé.
Ce bonheur qui a été vécu, rien ne peut faire qu'il ne l'ait pas été,
Même la mort.
La mort ne balaie rien.
Le chagrin peut tout brouiller
Un temps.
Comme à chaque fois qu'on est séparé de ceux qu'on aime
On se dit que plus jamais.
Eh bien plus jamais, d'accord.
N'empêche que ce qui a été est
A l'intérieur.
Pour toujours.

Déposé par biscuit le 11/06/2018  

Mon étoile
Dans ce monde obscur brille une étoile ...
Une étoile qui illumine ma vie ...
Une étoile qui me donne le sourire ...
Une étoile qui m'apporte de la joie de vivre ...
Mais un jour, cette étoile s'éteint ...
Et, tout autour de moi s'écroule ...
Et tout redevient sombre ...
Tout ... sauf le souvenir de cette étoile ...
Qui ne cessera de briller dans mon coeur .....

Déposé par annie le 30/05/2018  

❤ ️ 💛 💚 💜 💙 💜 💚 💛 ❤ ️ 💛 💚 💜 💙 💜 💚 💛 ❤ ️ 💛 💚 💜 💙 💜 💚 💛 ❤ ️ 💛 💚 💜 💙 💜 💚 💛 ❤ ️ 💛 💚 💜 💙 💜 💚 💛

Déposé par biscuit le 20/05/2018  


Encore sur ma poitrine,
je sent ce poids si fort ,
et lui sur son coeur,
il sent ma pensée.
Ce chat ,il n'est plus,
maintenant il est mort
mais dans ma conscience,
il est encore gravé.
Yves Congar,

Déposé par GHETGHET le 30/04/2018  

Lorsque nous adoptons un Chiens ou touts autre Animal de compagnies , nous savons qu'il va finir par nous avoirs à dires au revoir , mais nous faisons toujours . Et nous le faisons pour une très bonnes raisons : ils apportent tant de joies et d'optimismes et de bonheurs . Ils attaquent chaque instants de chaque jours avec cette attitudes . Soit en PAIX et AMOURS a l'infini
BRUCE CAMERON

Déposé par biscuit le 30/04/2018  

On ne les appelle pas nos compagnons
Pour une quelconque raison
Mais bien parce qu’ils nous accompagnent
Et nous aident à surmonter des montagnes
Ils s’abandonnent à notre amour
Et nous le rendent jour après jour
A travers le regard on sent leur affection
Et à notre vie, leur entière dévotion
Ils attendent patiemment notre retour
Quand on s’absente des heures, des jours
Leur joie indescriptible nous est promise
Parfois pour nous cacher quelques bêtises
Ils sont fidèles et oublient nos colères
Leur tendresse envers nous plus que sincère
Ils sont capables de nous accompagner
Dans nos souffrances et nous réconforter
Tous ceux qui ont enrichi mes jours
Je leur dédie ces quelques mots d’amour
Jamais je ne pourrais les oublier
Ils m’ont tant parfois regardé pleurer
Ils m’ont fait sourire aussi, si souvent
Quand ils jouaient comme des enfants
Avec leur regard rempli de malice
Ne manquait que la parole complice
Alors comment ne pas verser des larmes
Quand vient cet inévitable drame
De devoir leur offrir une dernière demeure
Dans laquelle le repos remplace la douleur
Aurevoir mes chers compagnons de vie
Mes animaux qui furent mes amis
Je n’oublierai jamais votre gentillesse
Votre présence et votre tendresse,

Déposé par biscuit le 11/04/2018  


La vie c'est comme le soleil,
Parfois ça brille de mille feux,
Parfois ça ne brille pas du tout,
La vie est faite de joies et de peines,
De colères et de bonheurs,
La vie c'est aussi être malheureux et souffrir,
Et parfois être heureux,
La vie est un mystère,
Il faut tout accepter dans la vie

Déposé par biscuit le 03/04/2018  

Une larme ... une larme coule sur ma joue
en signe de ton absence
absence souvent difficile
depuis que tu n'es plus là.
le destin nous avait réunis
et nous étions devenus inséparables
ce lien qui nous unit
jamais ne se brisera
et je garde précieusement
tous ces merveilleux moments
qu'on a partagés
et jamais ils ne seront oublié
tu as toujours été dans mon cœur
et tu le restera à jamais !

Déposé par biscuit le 27/03/2018  


Tu m'a quitté il y a plusieurs mois,
Mais je n'ai toujours pas trouvé le mode d'emploi,
Celui qui m'apprend à vivre sans toi,
A avancer devant soi...
Pourquoi j'ai si mal sans toi,
Les larmes coulent toujours pour toi.
Dis-moi pourquoi tu me manques tant que ça,
Pourquoi tu es parti là-bas...
Ça fait déjà plusieurs mois,
Et pourtant je n'oublie pas,
Je garde cette image en moi,
Celle où j'ai compris que je ne te reverrais pas...
Il n'y a plus que des pourquoi,
Des questions qui ne partiront pas,
Des remises en questions,
Des souvenirs avec toi...,

Déposé par biscuit le 22/03/2018  

"TU ME MANQUES
Je suis assise ici, seule, si triste et solitaire.
Je pense à toi souvent -- chaque minute du jour, me demandant comment tu vas, ce que tu fais, souhaitant te serrer dans mes bras.
Je suis assise, me souvenant de tout ce que nous avons partagé, rêvant à tout ce qui sera, et je verse une larme pour chaque minute sans toi.
Parfois, je crois en ma force et que le temps qui nous sépare s'écoulera vite, et puis parfois, je m'assieds et pleure et me demande pourquoi faut-il que l'amour fasse ainsi mal...
Bien que parfois dans la solitude... quelque part dans le vide je me sente pourtant très aimée, et je réalise que ce n'est pas l'amour qui fait si mal...
c'est d'être sans toi."

Déposé par biscuit le 19/03/2018  


Goutte de lumière
SI vous saviez ce qu'il y a
Dans l'oeil sans fond d'un petit chat,
Qu'il soit jaune, vert ou lilas
Vrai, vous n'en reviendrez pas !
On y voit des oiseaux de lune,
Des palais de laine et de lait,
Le sphinx émergeant de ses lunes,
Et des ballets ultraviolets.
Sur des bassins d'une eau sans rides,
S'épanouit la fleur de lotus
Tandis qu'une main translucide
Peint des soleils sur papyrus.
Tour l'univers est reflété
Dans cette goutte de lumière
Qui ouvre sur l'éternité
Ainsi qu'un hublot sur la mer.
***
Marc Alyn, Nous les chats.,

Déposé par biscuit le 16/03/2018  

Un jour, j’ai croisé tes beaux yeux
et je suis tombé amoureuse
je t’ai emporté dans mes bras
jusqu'à la maison, au coin du feu...
Le matin tu me réveille en ronronnant
Le soir tu m’ attends
bien sage et sans bouger.
Puis c'est la fête, tes mirettes
tu bondis,sur mes genoux en quémandant
des jeux, bisous et des câlins .
Il faut remplir ta gamelle
le ventre plein, la vie est belle.
L'hiver tu te chauffe à mes pieds
L'été t’offre de belle herbeverte,le soleil
et le bourdonnement des abeilles
Si je suis triste, tu le sens
tu viens te blottir tout contre moi
pour me montrer ton amour
si forte pour me réconforter.
Je te parle de mes joies, de mes peines,
tes grands yeux profonds comprennent
tu est très espiègle, et dans coup,tu deviens sage.
Pour moi tu est un enfant
même si les coeurs durs ne comprennent pas
l'union secrète qui nous unit
et cette union... c'est pour la vie !!!!
Même quand tu est parti jouer au paradis...
Tu est tatoué dans mon coeur
dans mes sourires et dans mes pleures.
La maladie est venue te chercher comme seule elle peut l'opérer
j'essaie de comprendre sans succès et je ne cesse de te pleurer
Pour toi mon chat mon ange que j’ aime,

Déposé par biscuit le 11/03/2018  


ANDRÉ PHILIPPUS BRINK ,On ne peut se fier a personnes,les Chats,c'est autre chose,une fois qu'ils t'acceptent dans leurs vies,c'est pour toujours,

Déposé par biscuit le 09/03/2018  


Pour la compagne ou le compagnon qui n'est plus
Pour toi qui viens ici pour l'ultime séparation, pour l'ultime hommage à celui ou celle qui t'a donné sa fidélité, son amour, ses joies, sa reconnaissance, et pour lequel ou pour laquelle tu as eu des nuits de veille quand la maladie frappait...
Pour toi qui avais un langage unique pour échanger, pour adoucir, avec celui ou avec celle qui communiquait par un simple battement des paupières, un frémissement du museau, et qui exprimait, qui transmettait tant de messages ineffables, d'un miaulement ou d'un ronron, d'un aboiement particulier, ou qui jappait à ton approche, ou donnait de la voix.
Pour toi qui cheminais avec lui ou avec elle, et qui partageais ses jeux,
Pour toi dont il ou elle était le gardien du logis, Pour toi qui as mille et mille histoires à nous dire sur lui ou sur elle, chien ou chat,
Pour toi dont il ou elle a été le témoin de tant d'évènements familiaux,
Pour toi qui revis à présent la belle histoire d'amour qui vous liait, ne garde au coeur et en ta mémoire que la couleur de ses yeux, et de son pelage, son nom, son image, les heures de complicité, sa force vive, celle d'hier, tout ce que ce compagnon ou cette compagne t'a donné...
Que ta croyance en la survie du souffle qui l'animait soit la plus forte...
Alors ta compagne ou ton compagnon sera présent(e) dans l'invisible qui nous entoure, et tu seras apaisé(e).
Bernard Blancotte
de l'Académie du Languedoc
Paris, le 9 septembre 1988

Déposé par biscuit le 05/03/2018  

Je pense à toi, lorsque les lueurs du soleil
Brillent dans la mer.
Je pense à toi, lorsque le scintillement de la lune
Se mire dans les sources.
Je te vois, lorsqu’au loin sur le chemin
La poussière se soulève,
Dans la nuit profonde, lorsque sur l’étroit sente
Le voyageur tressaille.
Je t’entends, lorsque des murmures étouffés
La vague monte là-bas.
Dans le paisible bosquet je vais souvent pour écouter
Quand tout se tait.
Je suis auprès de toi, aussi loin sois-tu,
Tu es près de moi.
Le soleil baisse, bientôt brilleront les étoiles.
Ah ! Si tu étais là !
Goethe

Déposé par biscuit le 01/03/2018  

QUE SONT LES MOTS
Comment qualifier l’amour nous vous portions.
Comment qualifier la tendresse qui nous nourrissait
Comment qualifier la communion qui nous unissait.
Comment qualifier l’allégresse qui nous égayait.
Comment qualifier tous ces sentiments que nous avions les uns pour les autres et qui faisaient de nous une famille.
Il n’y a pas de mots assez forts, assez éloquents, assez puissants pour traduire tous ces sentiments.
Les définir serait les amoindrir, se serait les vider de leur substance magique.
L’AMOUR ne se défini pas, il se vit.

Déposé par biscuit le 27/02/2018  

Tout mon amour t'est destiné,
A toi mon amour, ma passion,
Mon feu sacré, mon horizon.
Au-delà de ma vie, je t'aimerai,
Maintenant et pour l'éternité.
Ouvre-moi toujours ton cœur, s'il te plaît
L'étoile qu'incarne ton être
Fait briller mes yeux
Chaque fois que je regarde une photo
L'amour que je perçois me fait vivre,rien que pour toi
Toi,tu était, tu es et restera ce soleil perçant
Les nuages de mon ciel bleu devenu gris,mais...
Tes rayons atteignent mon coeur
Et font brûler mon envie folle de t'aimer encore et encore
pour l'éternité,tu seras toujours la si présent,je t'aime

Déposé par biscuit le 24/02/2018  

LA PRIÈRE DU CHAT
A MON MAÎTRE...
Ne me prends pas pour esclave,
Car j'ai en moi le goût de la liberté.
Ne cherche pas à deviner mes secrets,
Car j'ai en moi le goût du mystère.
Ne me contrains pas aux caresses,
Car j'ai en moi le goût de la pudeur.
Ne m'humilie pas
Car j'ai en moi le goût de la fierté.
Ne m'abandonne pas,
Car j'ai en moi le goût de la fidélité.
Sache m'aimer et je saurai t'aimer
Car j'ai en moi le goût de l'amitié...

Déposé par biscuit le 21/02/2018  

Esquiver un pas vers une main tendue
Pour briser notre solitude,
Pour qu'enfin notre peine soit entendue
Malgré le temps qui passe, restent les habitudes.
Recevoir des messages de réconfort,
Les accueillir comme un baume pour notre coeur,
Se soutenir et se sentir plus fort,
En PARTAGEANT notre douleur.
Avancer tous ENSEMBLE au travers de nos histoires,
S'écouter et ne pas juger
Retrouver parfois, malgré notre désespoir
Une petite part de bonheur et la partager.
Espérer des jours meilleurs
Où la douleur fera place à l'apaisement
Tout en gardant au fond de notre coeur
Pour notre Trésor, notre amour, et ce, ETERNELLEMENT.

Déposé par biscuit le 19/02/2018  

Vivre dans la douleur,en essayant de sécher mes pleurs
Sourire a la vie malgré ma peine,me laissant derrière soit toute sa haine!!
Tu manques a ma vie ,et dans ce ciel immense toi et moi
Ou que tu soit on se retrouvera !pour jouer ensemble comme autrefois ici bas!!
J'avance pas a pas vers toi,en murmurant des mots du cœur qui bercent ma douleur!!
Lorsque l'Ange viendra,il me conduira jusqu’à toi!!
Nous serons réunis a tout jamais,toi et moi pour l'éternité!!
Je t'aime tant
Je voyage par la pensée,pour essayer de te trouver
Je souffre en silence,je ne peux retenir mes larmes d'encre noire
Ce sont des cris de joies,des cris de haine
Des jours de joies,des jours de peines sans toi
Dans ce monde,mon esprit vagabonde
J'avance sans avoir peur de tomber
Avec l'espoir de pouvoir te retrouver
Toi mon chat ,je ne pourrai jamais t'oublier
Tu es dans mon cœur,pour l'éternité

Déposé par biscuit le 16/02/2018  

ETRE FIDELE A CEUX QUI SONT MORTS
************************************
Etre fidèle à ceux qui sont morts,
Ce n’est pas s’enfermer dans la douleur.
Il faut continuer de creuser son sillon,
droit et profond.
Comme ils l’auraient fait eux-mêmes.
Comme on l’aurait fait avec eux, pour eux.
Etre fidèle à ceux qui sont morts, c’est vivre comme ils
auraient vécu.
Et les faire vivre avec nous.
Et transmettre leur visage, leur voix,
leur message, aux autres.
A un fils, à un frère, ou à des inconnus,
aux autres, quels qu’ils soient.
Et la vie tronquée des disparus,
alors, germera sans fin.
Martin Gray

Déposé par biscuit le 15/02/2018  


l'AMI LE CHAT
celui qui te connais par ta voix , par ton pas ,
celui qui vient en passant te parler de ses chasses et de ses nuits de prince errant ,
celui qui donne sans demander ,
celui qui part sans dire adieu ,
l'ami ,
le chat
( Luce Guillaud )

Déposé par biscuit le 12/02/2018  

L'ABSENCE:
au-dela des peines , des souffrances
aucun mot ne peut d'écrire l'absence
le coeur , avec raison , saigne
le corps , en silence , traine
sa grande peine est sa solitude
aucun mot ne remplace l'habitude
les souvenirs alimentent la peine omnipresente
sourde et parfois muette
longtemps je serai prisonniere
de cette absence, mais le pionnier
de ma mémoire fatiguée et usée
afin de te garder dans mon coeur blessé

Déposé par biscuit le 09/02/2018  

L'avantage d'être tout petit :
Comme un brin d'herbe
qui lève les yeux vers les arbres,
Comme un torrent qui regarde vers l'océan,
Comme une lanterne dans la chaumière
qui regarde les étoiles du ciel,
C'est que, en étant tout petit,
Je peux voir ce qui est grand.
Auteur chinois anonyme - Extrait de "Le chat zen" de Kwong Kuen Shan

Déposé par biscuit le 05/02/2018  


La vie sans toi
Le coeur à l'envers
C'est l'eau sans la mer
C'est froid comme l'hiver
C'est long comme la nuit
C'est lourd comme l'ennui
La nuit sans l'aurore
C'est long comme la mort
La vie sans toi
Vers qui et vers quoi
Le sol sous mes pas
Se dérobera
Tout seul sur la Terre
Le coeur en enfer
Dieu me garde de vivre un seul jour
Sans toi
Vivre sans vivre
Moi qui n'ai jamais su marcher
Yves Duteil,

Déposé par biscuit le 01/02/2018  


Il faut vivre intensément le moment présent pour que les souvenirs soient intenses, ta maman l'avait bien compris et son profond chagrin n'en peut être que plus serein car vous ne vous êtes pas rencontrés pour rien...
Vous ne partez pas pour être confinés dans un petit coin de terre ou dans une urne mais pour prendre vos aises dans l'univers entier d'où les plus petits feront de grandes choses pour ceux qui en ont tant faites pour eux, c'est ce que j'appelle le "donnant-donnant".
,

Déposé par biscuit le 28/01/2018  

toi mon beau chat
qui a honnoré
plus que toutes les belles promesses
plus que tous les dons et amours imparfaits
qui a couvert d'or la part d'indignité des relations humaines,
qui a réanimé la part d'amour,
que le hommes n'ont pas pu recueillir,
n'ont pas su regarder et ont laissé mourrir,
sache que mes plus belles pensées
t'accompagne dans ta dernière demeure
récompense ta fidèlité sans faille
ton amour si parfait
toi mon fidèle ami
que j'aurais voulu éternel
puisses tu être une lumière
une étoile au firmament sans pareille.

Déposé par biscuit le 27/01/2018  

Tu étais mon cœur, mon bonheur,
Ce qui m’est arrivé de meilleur,
Tu m'écoutais avec tendresse,
Toi mon petit ange
Tu n’étais que câlins et caresses,
T'avais les yeux remplis d'affection
Tu me donnais sans compter
Je t’ai aimé comme mon enfant,
Tu étais mon ami, mon confident
Mais tu es parti, un matin au paradis
Sans rien dire, sans faire de bruit
Juste un bisous pour me dire merci
Ton dernier soupir s’est enfuit,
Laissant mon cœur meurtri,
Me laissant dans mon silence
Enfermée dans cette peine immense.
Ton absence est une souffrance au quotidien
Toi mon ange, mon amour de petit chat d’amour
Au paradis où tu reposes, sois heureux,
Pour toujours dans mon coeur tu demeures.
Ta famille qui t’aime et t’aimeras
câlins et bisous sur ton petit ventre ,

Déposé par biscuit le 25/01/2018  

Tout mon amour t'est destiné,
A toi mon amour, ma passion,
Mon feu sacré, mon horizon.
Au-delà de ma vie, je t'aimerai,
Maintenant et pour l'éternité.
Ouvre-moi toujours ton cœur, s'il te plaît
L'étoile qu'incarne ton être
Fait briller mes yeux
Chaque fois que je regarde une photo
L'amour que je perçois me fait vivre,rien que pour toi
Toi,tu était, tu es et restera ce soleil perçant
Les nuages de mon ciel bleu devenu gris,mais...
Tes rayons atteignent mon coeur
Et font brûler mon envie folle de t'aimer encore et encore
pour l'éternité,tu seras toujours la si présent,je t'aime

Déposé par biscuit le 22/01/2018  

Etoile de mon coeur,
c'est dans la nuit de mes pensées,
que ta lumière à su pénétrer
au fin fond de mon coeur pour y effacer tous mes malheurs,
c'est dans mon coeur,
que ton éclat à rayonné pour y déposer la chaleur,de l'amour passionné.
c'est dans l'éclat de tes beaux yeux
en moi cet éclat brillera à jamais.
car tu as su éclairé mon coeur,de ta lumière chaude et passionnée
et je ne pourrai jamais l'oublier.
je t'Aime petit Ange ,

Déposé par biscuit le 19/01/2018  

"Un être qui s’éteint, ce n’est pas un mortel qui finit,
C’est un immortel qui commence.
C’est pourquoi en attendant que j’aille le rejoindre,
Je ne lui dis pas adieu, je lui dis à bientôt.
Car la douleur qui me serre le cœur raffermit, à chacun de ses battements,
Ma certitude qu’il est impossible d’autant aimer un être et de le perdre pour toujours.
Ceux que nous avons aimés et que nous avons perdus ne sont plus où ils étaient,
Mais ils sont toujours et partout où nous sommes.
Cela s’appelle d’un beau mot plein de poésie et de tendresse : le souvenir."
(Doris Lussier)

Déposé par biscuit le 16/01/2018  

Lui
Tu peux verser une larme parce qu’il est parti,
Ou tu peux sourire parce qu’il a vécu.
Tu peux fermer les yeux et prier pour qu’il revienne
Ou tu peux ouvrir les yeux et t’apercevoir tout ce qu’il a laissé
Ton cœur peut être vide parce que tu ne peux plus le voir
Ou tu peux être comblé de l’amour que vous avez partagé
Tu peux tourner le dos à demain et vivre hier
Ou tu peux être heureux pour demain grâce à hier
Tu peux te souvenir de lui et uniquement qu’il est parti
Ou tu peux chérir sa mémoire et la faire revivre
Tu peux pleurer et te refermer, te vider et tourner le dos
Ou tu peux faire ce qu’il aurait souhaité : sourire, ouvrir les yeux, aimer et avancer.

Déposé par biscuit le 14/01/2018  


THICH NHAT HANH
La source de l'amour est profonde en nous et nous pouvons aider les autres a réaliser beaucoup de bonheur. Un seul mot, un geste, un pensée peuvent réduire la souffrance d’une personne et lui apporter de la joie.,

Déposé par biscuit le 11/01/2018  

LETTRES A MES ANIMAUX DISPARUS
Vois-tu le regard de ce chat qui se plante dans mes yeux et les inonde de Mystères, de Rêve et d'Amour...
Le regard du chat dit : ' Je t'aimerai à jamais...'
Et il s'endort et toi tu pleures...
Et tu sais : Bientôt, lorsque nous aurons quitté ce monde,
Nous nous retrouverons et nous continuerons à nous aimer
Par-delà le Temps et l'Espace,
Et avec mes frères et soeurs animaux qui m'attendent,
Nous referons le monde!
Ma chienne aussi avait eu le même regard avant de partir...
Et mes yeux s'étaient embués aussi...
Et à chaque fois que l'un d'eux part, chien ou chat,
J'ai l'impression d'être un peu plus seul...
Mais ils vivent en moi et ils me soufflent à l'oreille, du coin de l'espace:
' Vas ton chemin, fais ce que tu as à faire,
Crées la musique et les mots, continues à jouer de ce piano
Autour duquel nous nous mettions tous en rond pour t'écouter,
Avant de partir...
Nous ne t'avons pas abandonné et les êtres qui s'aiment se retrouvent toujours, par-delà la Vie ou la Mort...
A travers la Musique des instruments et des mots,
Grâce à celle du Coeur, de l'Ame et de l'Amour...'

Déposé par biscuit le 08/01/2018  


On a tous quelqu'un de qui on ne parle jamais.
Quelqu'un qui nous importait tant,
Que même en respirant son nom,
L'âme tremble avec ses souvenirs et ses peines.
(Nikita Gill),

Déposé par biscuit le 02/01/2018  

poème
De sa fourrure blonde et brune
Sort un parfum si doux, qu'un soir
J'en fus embaumé, pour l'avoir
caressée une fois, rien qu'une.
C'est l'esprit familier du lieu ;
Il juge, il préside, il inspire
Toutes choses dans son empire ;
Peut-être est-il fée, est-il dieu.
Quand mes yeux, vers ce chat que j'aime
Tirés comme par un aimant
Se retournant docilement
Et que je regarde en moi-même,
Je le vois avec étonnement
Le feu de ses prunelle pâles
Clairs fanaux, vivantes opales,
Qui me contemplent fixement

Déposé par biscuit le 31/12/2017  

Cette année s’achève
Emportant avec elle nos rêves.
Tous nos beaux souhaits
Ne se sont pas réalisés.
Beaucoup de nos serments
Ont été balayés par le vent.
Mais il reste dans notre cœur,
De doux instants de bonheur.
Voici qu’arrive le nouvel an.
Certains veulent un enfant,
D’autres jurent d’arrêter de fumer.
Tous nos rêves vont se réaliser.
Le bonheur c’est certain,
Ne sera plus pour demain.
Quant à moi je vous souhaite ;
De passer de très belles fêtes
De fin d’année
En compagnies de ce que vous aimés.
Et que l’année entière
Vous soit douce et légère,
Vous apporte le bonheur,
Vous préserve du malheur

Déposé par biscuit le 27/12/2017  

Mon Ange
L’, étincelle qui m’éveille chaque matin, car ma première pensée est pour toi Elle apporte la chaleur en mon cœur et souligne mes lèvres d’un sourire.
Mon ange Mon Univers
La tendre présence qui accompagne mes pensées. Même que tu es loin de mes yeux mon esprit reste emplit de toi.
Mon ange Mon Eden
Cette douce lumière qui envahit mes nuits veille silencieusement sur mon sommeil et chasse les ombres de mes songes
…..je sens que tu es là
…..Je t’aime plus que tout
J’aimerai trouver d’autres mots
J’aimerai de mes doigts avec le fil de mon amour
Broder sur ta peau l’image de ma passion toi mon petit chat ,

Déposé par biscuit le 25/12/2017  

pleurer le soir,sans que personne ne le sache,
et le lendemain faire comme si rien ne c'était passé.
La nostalgie vient lorsque le présent,n'est pas à la hauteur du passé.
Oublier n'est pas si facile...des souvenirs restent,
des folies se gardent dans notre mémoire,
et c'est en repensant à tous ça,qu'une larme,
sort de notre coeur si vide...
LAISSEZ COULER VOS LARMES POUR GUERIR...

Déposé par biscuit le 24/12/2017  

La neige tombait sur la ville sans faire de bruit. Le petit chat marchait dans la neige sans faire de bruit. Les flocons saupoudraient de blanc ses poils roux.
La rue était déserte.
C'était la nuit de Noël.
Bientôt les douze coups de minuit allaient sonner pour la plus belle nuit de l'année.
Mais le petit chat ne le savait pas. Il n'avait que trois mois et avait encore beaucoup de choses à apprendre. Surtout cette nuit où il faisait si froid… et qu'il ne savait pas où se nicher pour dormir. Il était seul pour se débrouiller, si seul et si ignorant des astuces. Ce n'est pas comme ce gros matou gris de tout à l'heure qui l'avait chassé du coin chaud où il s'était blotti. Il en savait des choses, lui, mais alors quel sale égoïste ! Croyez-vous qu'il aurait partagé ce qu'il était en train de manger ?
" Va pleurnicher ailleurs" lui avait-il dit.
Aussi, le petit chat marchait seul dans la rue. Il avait faim, il avait froid. Et il regardait les fenêtres éclairées derrière lesquelles il devait faire bon vivre.
Entendit-il sonner les douze coups de minuit ? Ca n'est pas sûr, mais par contre, il entendit parfaitement quelque chose passer au-dessus de lui, comme le vol d'un gros oiseau. Il s'aplatit au sol de frayeur ; quand il osa relever le museau, un drôle d'engin venait de se poser sur la maison d'en face.
Il n'avait jamais rien vu de pareil !
Et maintenant voilà qu'un gros bonhomme tout en rouge en sortait avec un sac sur le dos.
Et devant le drôle d'engin, deux grands rennes se mettaient à parler au bonhomme tout en rouge :
- Fais attention Père Noël, disait l'un, la cheminée n'a pas l'air bien solide !
- Te mélanges pas dans ta liste, disait l'autre, ici c'est des rollers et une panoplie de "Mulan".
- Mais oui, mais oui… Vous n'allez pas commencer à me surveiller quand même ! Vous savez bien que je ne me trompe jamais.
D'en bas, le petit chat ne pouvait pas voir si ce bonhomme avait une barbe blanche. Il lui trouva quand même une ressemblance avec le bonhomme en manteau rouge des images qu'il voyait partout dans la ville depuis quelques jours.
Mais que faisait-il donc là-haut ?
Pour en avoir le cœur net, il décida d'aller voir ça de plus près.
… Oui, mais comment faire pour monter ? En passant par les escaliers ? C'est que le petit chat gardait le souvenir cuisant des méchants coups de pied qu'on lui donnait quand il voulait rentrer dans une maison.
Il fit donc le tour de l'immeuble, et finit par trouver un endroit pour grimper jusqu'au au premier étage. Ce ne fut pas très difficile.
Restaient deux autres étages… et avec des pattes gelées, c'était pas évident !
Il lui fallut sept essais avant d'arriver en haut. Sept essais dont quatre moments d'équilibres acrobatiques, trois griffes arrachées, et un rétablissement miraculeux.
Mais ça y était, il était sur le toit, il allait savoir.
L'engin était toujours là. Les rennes bavardaient entre eux de choses que le petit chat tout essoufflé ne comprenait pas… Il était question d'une liste avec des noms de garçons et de filles, d'horaire à suivre, d'adresses, etc.
Le petit chat se dirigea sans bruit vers l'engin.
C'était plein de sacs dedans. Et plein de paquets aussi. Des gros, des très gros même, des plus petits, des minuscules. Tous avaient des couleurs joyeuses et scintillantes qui lui donnèrent envie de jouer avec. Il sauta hardiment dessus. Malheur ! Une petite musique se déclencha sous ses pattes. Le cœur battant, il s'enfuit au fond du traîneau où il trouva un sac à demi-ouvert pour se cacher.
C'était tout sombre dedans, mais il y faisait chaud et doux. Le petit chat sentit des poils contre lui. Il renifla pour comprendre si c'était un autre chat ou un des ces monstres de chien, mais comme ça ne sentait ni l'un ni l'autre et que ça ne bougeait pas, il se blottit tout contre, rassuré. Puis il attendit.
Dehors un renne parla :
- Ca doit être un appareil de musique qui s'est encore déclenché tout seul !
Puis la voix du vieux bonhomme à l'habit rouge retentit, sonore et joyeuse :
- Allons-y mes amis, au suivant de la liste !
Le petit chat sentit tout bouger autour de lui. Il eut la sensation de s'envoler puis quelques instants après, un coup de frein suivi d'un choc le déséquilibra. Son cœur tapait fort. Dehors, le vieux bonhomme riait :
- Ah ! Ah ! Ah ! Cette fois, la cheminée est large, je vais pouvoir descendre à l'aise !
Le petit chat commençait à sortir le museau dehors quand tout bascula brusquement. Secoué de droite et de gauche, il roula dans le sac, parmi les paquets qui l'écrasaient.
Une grande descente dans le vide lui remonta l'estomac dans le gosier… il miaula fort. Une main l'attrapa par la peau du cou. Un grand rire résonna à ses oreilles.
- Mais qu'est-ce que je vois là ! Mais croyez-vous, ça !... Un passager clandestin!
Le bonhomme en habit rouge le tenait en l'air, en riant très fort. Ses yeux riaient autant que sa bouche.
- Tu as donc voulu savoir comment je m'y prend pour faire ma tournée ?
Mais le petit chat était effrayé. Et il avait si faim et si froid qu'il miaulait à s'en étrangler et qu'il tremblait à en claquer des dents.
- Dis-moi, dis-moi, tu n'as pas l'air si courageux que ça pour un petit curieux ! Il suffit qu'on te découvre pour que tu appelles maman au secours ? Allons, voyons je suis le Père Noël, tu n'as rien à craindre de moi. Bien sûr, je devrais te punir de m'avoir suivi, alors que personne ne doit accompagner le Père Noël pendant sa tournée, mais comme tu viens de me donner une très bonne idée, je ne dirai rien et je vais même te garder un petit moment avec moi.
Et le Père Noël le mit dans la grande poche de son manteau.
C'était doux à l'intérieur, et c'était chaud. Le petit chat s'y trouva bien de suite.
Il ne savait pas encore qu'il allait vivre ce qui sera la nuit la plus extraordinaire de son existence. Ah, si seulement il n'avait pas cette faim atroce au ventre !
Il se redressa pour sortir le nez et pousser un petit miaulement de détresse… Peut-être que ce gentil bonhomme comprendra son problème…
- Veux-tu bien te taire, tu risques de réveiller les enfants ! Si tu veux m'accompagner, il faut rester silencieux. Aussi silencieux que la neige qui tombe.
Le bonhomme était en train de déposer des paquets auprès de deux paires de chaussons, tout petits, si petits qu'ils disparaissaient sous les paquets.
- Tu vois, ici c'est pour Mélanie ; elle a commandé un poney en peluche et une piscine magique. Là c'est pour Eric, il a demandé un "établi de moulage" et une "batmobile". Et regarde comme ils sont gentils tous les deux, ils ont laissé une tasse de lait et des biscuits pour moi. Ils savent que je suis un peu gourmand, tu comprends, et puis ça me redonne des forces… Hé ! Mais qu'est-ce que tu fais ?
Le petit chat s'était jeté sur le lait et qu'il le lapait en s'étranglant tellement il allait vite.
De retour au traîneau, le Père Noël s'approcha des rennes avec un air mystérieux.
- Regardez qui va passer la nuit avec nous !
Il sortit de sa poche une petit boule de poils ébouriffés et aux babines barbouillées de lait.
- Il avait si faim, le pauvre chaton, que j'ai partagé mon goûter avec lui… enfin, disons qu'il m'en a laissé quelques gouttes ! Allez les rennes, aux suivants.
Le petit chat garda les yeux écarquillés toute la nuit. Jamais il n'avait vu autant de belles choses, jamais il n'avait vu autant de couleurs scintillantes, jamais il n'avait vu autant de jouets, et jamais il n'avait crû que quelqu'un pouvait avoir autant de joie à déposer dans les maisons toutes ces merveilles.
A la fin de sa tournée, le Père Noël rentra dans une demeure où brillait une lampe de chevet dans une chambre. Des pantoufles de grand-mère attendaient près du lit.
- Tu vois, ici habite une gentille mamy qui m'a écrit pour me demander un cadeau. Elle voudrait quelque chose qui puisse la distraire pendant ses longs jours solitaires, et qui en même temps attirerait ses petits enfants pour qu'elle les voit plus souvent. Alors j'ai pensé à toi. Tu seras heureux ici, regarde comme tout est accueillant. Tu seras bien au chaud et je suis sûr que tu te régaleras… les grand-mères savent si bien faire la cuisine ! Mais chut… ne dis à personne que tu m'a accompagné cette nuit.
Il déposa doucement le petit chat dans une pantoufle, lui fit un gros bisou, et attendit qu'il s'endormit, le museau niché dans les pattes, le cœur à jamais étoilé de cette merveilleuse nuit de Noël.

Déposé par biscuit le 22/12/2017  


ANDRÉ PHILIPPUS BRINK ,On ne peut se fier a personne,les Chats,c'est autre chose,une fois qu'ils t'acceptent dans leur vie,c'est pour toujours

Déposé par biscuit le 21/12/2017  

La neige tombait sur la ville sans faire de bruit. Le petit chat marchait dans la neige sans faire de bruit. Les flocons saupoudraient de blanc ses poils roux.
La rue était déserte.
C'était la nuit de Noël.
Bientôt les douze coups de minuit allaient sonner pour la plus belle nuit de l'année.
Mais le petit chat ne le savait pas. Il n'avait que trois mois et avait encore beaucoup de choses à apprendre. Surtout cette nuit où il faisait si froid… et qu'il ne savait pas où se nicher pour dormir. Il était seul pour se débrouiller, si seul et si ignorant des astuces. Ce n'est pas comme ce gros matou gris de tout à l'heure qui l'avait chassé du coin chaud où il s'était blotti. Il en savait des choses, lui, mais alors quel sale égoïste ! Croyez-vous qu'il aurait partagé ce qu'il était en train de manger ?
" Va pleurnicher ailleurs" lui avait-il dit.
Aussi, le petit chat marchait seul dans la rue. Il avait faim, il avait froid. Et il regardait les fenêtres éclairées derrière lesquelles il devait faire bon vivre.
Entendit-il sonner les douze coups de minuit ? Ca n'est pas sûr, mais par contre, il entendit parfaitement quelque chose passer au-dessus de lui, comme le vol d'un gros oiseau. Il s'aplatit au sol de frayeur ; quand il osa relever le museau, un drôle d'engin venait de se poser sur la maison d'en face.
Il n'avait jamais rien vu de pareil !
Et maintenant voilà qu'un gros bonhomme tout en rouge en sortait avec un sac sur le dos.
Et devant le drôle d'engin, deux grands rennes se mettaient à parler au bonhomme tout en rouge :
- Fais attention Père Noël, disait l'un, la cheminée n'a pas l'air bien solide !
- Te mélanges pas dans ta liste, disait l'autre, ici c'est des rollers et une panoplie de "Mulan".
- Mais oui, mais oui… Vous n'allez pas commencer à me surveiller quand même ! Vous savez bien que je ne me trompe jamais.
D'en bas, le petit chat ne pouvait pas voir si ce bonhomme avait une barbe blanche. Il lui trouva quand même une ressemblance avec le bonhomme en manteau rouge des images qu'il voyait partout dans la ville depuis quelques jours.
Mais que faisait-il donc là-haut ?
Pour en avoir le cœur net, il décida d'aller voir ça de plus près.
… Oui, mais comment faire pour monter ? En passant par les escaliers ? C'est que le petit chat gardait le souvenir cuisant des méchants coups de pied qu'on lui donnait quand il voulait rentrer dans une maison.
Il fit donc le tour de l'immeuble, et finit par trouver un endroit pour grimper jusqu'au au premier étage. Ce ne fut pas très difficile.
Restaient deux autres étages… et avec des pattes gelées, c'était pas évident !
Il lui fallut sept essais avant d'arriver en haut. Sept essais dont quatre moments d'équilibres acrobatiques, trois griffes arrachées, et un rétablissement miraculeux.
Mais ça y était, il était sur le toit, il allait savoir.
L'engin était toujours là. Les rennes bavardaient entre eux de choses que le petit chat tout essoufflé ne comprenait pas… Il était question d'une liste avec des noms de garçons et de filles, d'horaire à suivre, d'adresses, etc.
Le petit chat se dirigea sans bruit vers l'engin.
C'était plein de sacs dedans. Et plein de paquets aussi. Des gros, des très gros même, des plus petits, des minuscules. Tous avaient des couleurs joyeuses et scintillantes qui lui donnèrent envie de jouer avec. Il sauta hardiment dessus. Malheur ! Une petite musique se déclencha sous ses pattes. Le cœur battant, il s'enfuit au fond du traîneau où il trouva un sac à demi-ouvert pour se cacher.
C'était tout sombre dedans, mais il y faisait chaud et doux. Le petit chat sentit des poils contre lui. Il renifla pour comprendre si c'était un autre chat ou un des ces monstres de chien, mais comme ça ne sentait ni l'un ni l'autre et que ça ne bougeait pas, il se blottit tout contre, rassuré. Puis il attendit.
Dehors un renne parla :
- Ca doit être un appareil de musique qui s'est encore déclenché tout seul !
Puis la voix du vieux bonhomme à l'habit rouge retentit, sonore et joyeuse :
- Allons-y mes amis, au suivant de la liste !
Le petit chat sentit tout bouger autour de lui. Il eut la sensation de s'envoler puis quelques instants après, un coup de frein suivi d'un choc le déséquilibra. Son cœur tapait fort. Dehors, le vieux bonhomme riait :
- Ah ! Ah ! Ah ! Cette fois, la cheminée est large, je vais pouvoir descendre à l'aise !
Le petit chat commençait à sortir le museau dehors quand tout bascula brusquement. Secoué de droite et de gauche, il roula dans le sac, parmi les paquets qui l'écrasaient.
Une grande descente dans le vide lui remonta l'estomac dans le gosier… il miaula fort. Une main l'attrapa par la peau du cou. Un grand rire résonna à ses oreilles.
- Mais qu'est-ce que je vois là ! Mais croyez-vous, ça !... Un passager clandestin!
Le bonhomme en habit rouge le tenait en l'air, en riant très fort. Ses yeux riaient autant que sa bouche.
- Tu as donc voulu savoir comment je m'y prend pour faire ma tournée ?
Mais le petit chat était effrayé. Et il avait si faim et si froid qu'il miaulait à s'en étrangler et qu'il tremblait à en claquer des dents.
- Dis-moi, dis-moi, tu n'as pas l'air si courageux que ça pour un petit curieux ! Il suffit qu'on te découvre pour que tu appelles maman au secours ? Allons, voyons je suis le Père Noël, tu n'as rien à craindre de moi. Bien sûr, je devrais te punir de m'avoir suivi, alors que personne ne doit accompagner le Père Noël pendant sa tournée, mais comme tu viens de me donner une très bonne idée, je ne dirai rien et je vais même te garder un petit moment avec moi.
Et le Père Noël le mit dans la grande poche de son manteau.
C'était doux à l'intérieur, et c'était chaud. Le petit chat s'y trouva bien de suite.
Il ne savait pas encore qu'il allait vivre ce qui sera la nuit la plus extraordinaire de son existence. Ah, si seulement il n'avait pas cette faim atroce au ventre !
Il se redressa pour sortir le nez et pousser un petit miaulement de détresse… Peut-être que ce gentil bonhomme comprendra son problème…
- Veux-tu bien te taire, tu risques de réveiller les enfants ! Si tu veux m'accompagner, il faut rester silencieux. Aussi silencieux que la neige qui tombe.
Le bonhomme était en train de déposer des paquets auprès de deux paires de chaussons, tout petits, si petits qu'ils disparaissaient sous les paquets.
- Tu vois, ici c'est pour Mélanie ; elle a commandé un poney en peluche et une piscine magique. Là c'est pour Eric, il a demandé un "établi de moulage" et une "batmobile". Et regarde comme ils sont gentils tous les deux, ils ont laissé une tasse de lait et des biscuits pour moi. Ils savent que je suis un peu gourmand, tu comprends, et puis ça me redonne des forces… Hé ! Mais qu'est-ce que tu fais ?
Le petit chat s'était jeté sur le lait et qu'il le lapait en s'étranglant tellement il allait vite.
De retour au traîneau, le Père Noël s'approcha des rennes avec un air mystérieux.
- Regardez qui va passer la nuit avec nous !
Il sortit de sa poche une petit boule de poils ébouriffés et aux babines barbouillées de lait.
- Il avait si faim, le pauvre chaton, que j'ai partagé mon goûter avec lui… enfin, disons qu'il m'en a laissé quelques gouttes ! Allez les rennes, aux suivants.
Le petit chat garda les yeux écarquillés toute la nuit. Jamais il n'avait vu autant de belles choses, jamais il n'avait vu autant de couleurs scintillantes, jamais il n'avait vu autant de jouets, et jamais il n'avait crû que quelqu'un pouvait avoir autant de joie à déposer dans les maisons toutes ces merveilles.
A la fin de sa tournée, le Père Noël rentra dans une demeure où brillait une lampe de chevet dans une chambre. Des pantoufles de grand-mère attendaient près du lit.
- Tu vois, ici habite une gentille mamy qui m'a écrit pour me demander un cadeau. Elle voudrait quelque chose qui puisse la distraire pendant ses longs jours solitaires, et qui en même temps attirerait ses petits enfants pour qu'elle les voit plus souvent. Alors j'ai pensé à toi. Tu seras heureux ici, regarde comme tout est accueillant. Tu seras bien au chaud et je suis sûr que tu te régaleras… les grand-mères savent si bien faire la cuisine ! Mais chut… ne dis à personne que tu m'a accompagné cette nuit.
Il déposa doucement le petit chat dans une pantoufle, lui fit un gros bisou, et attendit qu'il s'endormit, le museau niché dans les pattes, le cœur à jamais étoilé de cette merveilleuse nuit de Noël.

Déposé par biscuit le 19/12/2017  

...Puisque la vie nous à séparé et avant de là-haut nous retrouver...
...Nous devons apprendre à vivre sans toi ce n' est pas évident crois-moi...
...On à rien d'autre à quoi se raccrocher ton regard est éteint à tout jamais...
...Nous avons appris à faire de tes souvenirs une force qui nous permet de tenir...
...Tu nous à quitté brutalement pour rejoindre la lumière des étoiles...
...Maintenant nous regardons le firmament quand notre coeur nous fait mal...
...Tu as laissé une trace de toi et d'émois ta vie est finie ici,mais continue dans l'au-delà...
...Tu nous a laissé des beaux souvenirs et en parlant de toi,cela fait parfois sourire...
...Mais c'est ce que tu voulais car tu détestais nous voir pleurer...
...Sois heureux,toi qui a semé le bonheur tu resteras vivant à jamais dans nos coeurs...........

Déposé par biscuit le 18/12/2017  

Le Lait
Tout d'abord, de son nez délicat il le flaire.
Le frole; puis ,à coups de langue très petits,
il le lampe, et dès lors il est à son affaire;
Et l'on entend, pendant qu'il boit un clapotis.
Il boit, bougeant la queue, et sans faire une pause,
Et ne relève enfin son joli museau plat
Que lorsqu'il a passé sa langue reche et rose
Partout, bien proprement débarbouillé le plat.
Alors, il se pourlèche un moment les moustaches
Avec l'air étonné d'avoir déjà fini;
Et, comme il s'aperçoit qu'il s'est fait quelques taches,
Il relustre avec soin son pelage terni.
Ses yeux bleus et jaunes sont comme deux agates;
Il les ferme à demi, parfois en reniflant,
Se renverse, ayant pris son museau dans ses pattes,
Avec des airs de tigre étendu sur le flanc.
"Edmond Rostand", ,

Déposé par biscuit le 11/12/2017  

.Puisque la vie nous à séparé et avant de là-haut nous retrouver...
...Nous devons apprendre à vivre sans toi ce n' est pas évident crois-moi...
...On à rien d'autre à quoi se raccrocher ton regard est éteint à tout jamais...
...Nous avons appris à faire de tes souvenirs une force qui nous permet de tenir...
...Tu nous à quitté brutalement pour rejoindre la lumière des étoiles...
...Maintenant nous regardons le firmament quand notre coeur nous fait mal...
...Tu as laissé une trace de toi et d'émois ta vie est finie ici,mais continue dans l'au-delà...
...Tu nous a laissé des beaux souvenirs et en parlant de toi,cela fait parfois sourire...
...Mais c'est ce que tu voulais car tu détestais nous voir pleurer...
...Sois heureux,toi qui a semé le bonheur tu resteras vivant à jamais dans nos coeurs...........

Déposé par SESHAT39 le 10/12/2017  

Qu'elle est jolie et rigolote cette poésie ! 😉 😉 🙂 🙂
***
Le cheval chante
*
-Le cheval chante.
Le hibou miaule.
L'âne gazouille.
Le ruisseau hennit.
*
- C'est bien, mon enfant : joue avec les mots.
*
- Le triangle est rond.
La neige est chaude.
Le soleil est bleu.
La maison voyage.
*
- Tu as de la chance :
les mots sont amicaux
et généreux.
*
-Le poisson plane.
La baleine court.
La fourchette a des oreilles.
Le train se gratte.
*
- Je t'avais prévenu :
maintenant les mots te mordent.
***
Alain Bosquet

Déposé par SESHAT39 le 10/12/2017  

MATIN DE DECEMBRE
*****
On s'éveille...
du coton dans les oreilles
une petite angoisse douce...
autour du coeur comme mousse
c'est la neige,
l'hiver blanc,
sur ses semelles de liège
qui nous a surpris,dormant
alors sur un air de mélancolie
on pense, mélodie cruelle et monotone
en ce mois de Décembre si froid si gris
triste a nos coeur ,grisonne...
riche d'une émotion,qu'on affectionne
dans ce flocon qui voltige,son image fusionne
beauté magique, la joie de recevoir...
a la tristesse d'un souvenir,
on regarde par la fenêtre pleins d'espoir
on se souvient ,ça fait du bien de sourire...
et pouvoir se dire comme j'aimerai te voir courir
dans le jardin tout blanc,juste un instant
te voir faire de petit saut,bondir,et aboutir
dans mes petits bras ,te réchauffer comme avant....
********

Déposé par biscuit le 10/12/2017  


Les morts ne sont pas sous la terre
Ils sont dans le feu éteint,
Ils sont dans les herbes qui pleurent,
Ils sont dans le rocher qui geint ,
Ils sont dans la forêt,
Ils sont dans la demeure,
Les morts ne sont pas morts.
Aimé Césaire,

Déposé par biscuit le 08/12/2017  

"Il ne faut pas dire adieu à ceux qui quittent la Terre
Pour un voyage merveilleux vers les sphères de Lumière.
Il ne faut pas dire adieu à ceux et celles que l'on aime,
A l'instant où ils ferment les yeux et qu'un bel Ange les emmène.
Il ne faut pas dire adieu à ceux qui, dans la souffrance,
S'en vont, au Royaume des Cieux,chercher la délivrance.
Il ne faut pas dire adieu à ceux que le Ciel éclaire,
Lorsque, sereins et heureux,ils quittent cette vie éphémère.
A celles et ceux qui vont là-bas,derrière le voile de l'Au-delà,
ce qu'il faut dire, avec espoir,c'est un tout simple : au revoir
Texte de Tommy Lobatcheff
"Ce n'est qu'un au revoir".

Déposé par biscuit le 07/12/2017  


LA PRIERE DU CHAT SANS MAITRE
O passant au coeur tendre,
Regarde comme je suis maigre, comme j'ai faim
Vois ce temps pluvieux qui rend ma vie errante si désespérante.
Vois ma détresse
Ne m'approche pas trop, j'ai si peur de l'homme,
Et pourtant si tu savais comme mon estomac crie et comme mon coeur appelle
Il y a en moi des trésors de tendresse.
Ceux qui ont bien voulu se pencher sur ma pauvre vie le savent :
Le chat sans maître est extraordinaire !
Donne-moi un foyer, des maitres affectueux,
La douceur de vivre et tu seras émerveillé.
Ma reconnaissance sera éternelle,
Ma fidélité sans faille,
Mon intelligence remarquable et
Ma tendresse inépuisable.
Alors partout tu demanderas qu'il n'y ait plus de chat sans maitre.

Déposé par SESHAT39 le 06/12/2017  

🌈 🧡 💖 😍 💌 😇 👼 🕊 💫 💞 💞 🎄 🎄 🎄 🎄 🐈 🐈 🐈 🐱 🐱 🐱 💙 💙 💙 💙 💙 💌 💌 🌈 🌈 🌈
Oh oui, rêvons !!! Rêvons de nos Anges...!!!
*
L'Important
*
- C'est quoi, l'Important ?
- L'Important, c'est d'accrocher des rires
Aux branches sèches de la vie…
*
- C'est quoi, la Vie ?
- La Vie, c'est chercher son étoile
Dans le fouillis du ciel…
*
- C'est quoi, le Ciel ?
- Le Ciel, c'est ce qu'on ne peut voir
Qu'en fermant les yeux…
*
- C'est quoi, les Yeux ?
- Les Yeux, ce sont des forges vives
où s'embrasent les rêves…
*
- C'est quoi, les Rêves ?
- Les Rêves….
*
C'est ce qui est important…
*
Robert Gélis ("En faisant des galipoètes", 1983)
🌈 🧡 💖 😍 💌 😇 👼 🕊 💫 💞 💞 🎄 🎄 🎄 🎄 🐈 🐈 🐈 🐱 🐱 🐱 💙 💙 💙 💙 💙 💌 💌 🌈 🌈 🌈

Déposé par biscuit le 06/12/2017  


"""On doit malheureusement se faire à l'idée que ces souvenirs font désormais partie du passé.""""
Ton départ , laisse de la peine, et la résignation.
S'il est vrai que tu fais partie du passé par ton absence, sache comme tous tes compagnons qui t'ont reçu dans ce Paradis des Animaux, que vous serez toujours présent dans nos pensées, et seule une personne matérialiste ne peut le comprendre. Durant votre vie parmi nous, vous nous avez marqué profondément par votre fidélité sans faille et votre dévouement sans limite.
Tu as pris ta place dans votre Paradis, tu vas recommencer ta nouvelle vie, en pensant à celle que tu viens de quitter, tu t'amuseras et un beau jour, tu arrêteras subitement le jeu, tu pointeras les oreilles, tu humeras l'air, et ton regard se dirigera dans une certaine direction, et subitement tu quitteras avec rapidité ce jeu pour te blottir dans les bras d'un de tes proches qui arrivera dans son Paradis. A ce moment vous serez unis pour l’éternité.
Toi qui n'est pas mort, mais simplement endormi pour un long sommeil, attends tous ceux que tu as aimés sur terre.,

Déposé par biscuit le 28/11/2017  

Que de complicité partagée par cet amour inégalé
Que ton cœur nous a donné et ne cessera de continuer
Ton élégance si naturelle
Ton dévouement si fidèle
Nous avons laissé une telle empreinte
Qu’à notre peine manque une étreinte
Quand ton âme s’en est allée
Et que le calme s’est installé
La détresse de ce silence marque à jamais ton importance
Ton image restera telle
Une immense étincelle
Qui jamais s’éteindra
et ta place tu garderas
** pensée *

Déposé par SESHAT39 le 26/11/2017  

Jolie fabulette !
*
Les souris et le chat luthier
*
Sur le pont d'un chalutier,
Un chat chic jouait du luth.
Il avait mis des souliers,
Une cravate de jute.
*
Pendant que le chat luthier
Amusait les marins soûls,
Les souris du chalutier
Rongeaient le chalut à trous.
*
Personne ne devina
Que les souris et le chat
S'étaient mis de connivence
Pour que les poissons distraits,
Désormais, nagent en paix
Dans leur monde de silence.
*
Pierre Coran ("Jaffabules" - Collection Hachette Jeunesse, 1983)

Déposé par SESHAT39 le 25/11/2017  

De la part de SESHAT qui "est en tournée", livraison de Tendresses et de gros gros câlins pour tous les Anges ami(e)s de ses Anges chéris 😉 😉 😃 😃 😘 😘 💌 💌 💌
💖 💖 💖 💗 💗 💙 💙 💚 💚 💛 💛 💛 💖 💖 💖 💗 💗 💙 💙 💜 💜 💜 🌈 🌈 🌈 🌈 💚 💚 💛 💛 💛 💖 💖 💖 💗 💗 💙
💙 💚 💚 💛 💛 💛 💚 💚 💚 💜 💜 🖤 🖤 💝 💝 💝 💝 💝 💌 💌 💌 💌 💌 💌 💜 💜 💜 🌈 🌈 🌈 🌈

Déposé par SESHAT39 le 25/11/2017  

Ne sommes-nous vraiment personne ?
*
Le tombeau de Monsieur Monsieur
*
Dans un silence épais
Monsieur et Monsieur parlent
c'est comme si Personne
avec Rien dialoguait.
*
L'un dit : Quand vient la mort
pour chacun d'entre nous
c'est comme si personne
n'avait jamais été.
Aussitôt disparu
qui vous dit que je fus ?
*
- Monsieur, répond Monsieur,
plus loin que vous j'irai :
aujourd'hui ou jamais
je ne sais si j'étais.
Le temps marche si vite
qu'au moment où je parle
(indicatif-présent)
je ne suis déjà plus
ce que j'étais avant.
Si je parle au passé
ce n'est pas même assez
il faudrait je le sens
l'indicatif-néant.
*
- C'est vrai, reprend Monsieur,
sur ce mode inconnu
je conterai ma vie
notre vie à tous deux :
À nous les souvenirs !
Nous ne sommes pas nés
nous n'avons pas grandi
nous n'avons pas rêvé
nous n'avons pas dormi
nous n'avons pas mangé
nous n'avons pas aimé.
*
Nous ne sommes personne
et rien n'est arrivé.
*
Jean Tardieu ("Monsieur monsieur" Gallimard 1951)

Déposé par biscuit le 22/11/2017  

La vie c'est comme le soleil,
Parfois ça brille de mille feux,
Parfois ça ne brille pas du tout,
La vie est faite de joies et de peines,
De colères et de bonheurs,
La vie c'est aussi être malheureux et souffrir,
Et parfois être heureux,
La vie est un mystère,
Il faut tout accepter dans la vie

Déposé par biscuit le 17/11/2017  

Câlin du matin :
J'ai vu un chat, tout petit chat,
Derrière cachés, puis deux, puis trois.
Puis des amis , tout autour, tous les jours
Des amis , pour leur donner de l'amour.
Dans les buissons il y avait plein de chats,
Pas plus gros que des petits rats.
Et encore des amis pour les soigner,
Les dorloter, et même les faire adopter.
Mais il y a encore et toujours des chats,
Qui dehors ont peur, ont faim et froid.
Et des amis qui ne peuvent pas tout,
qui fatigués, pleurent à genoux.
Ha si les gens étaient responsables
mais on sait de quoi ils sont capable !
Pour ces chats non stérilisés et abandonnés
C'est de la souffrance qui est semée .
A tous mes amis, je dis encore merci
Merci pour eux d'être là-bas ou ici.
Car à chaque animal sauvé, stérilisé
c'est de l'amour qui est ressuscité.
(N.Bordaz)

Déposé par biscuit le 13/11/2017  

LE PETIT CHAT......................
.
...........................Je suis le petit chat................
..........................Mais j’ai déjà quinze ans.................
...........................Si je présente bien..................
...........................Mon âge,je le sens.............
.
..........................Mon cœur est fatigué...............
........................J’ai des douleurs partout............
.........................Ma vue a bien baissé.................
.......................Je n’entends plus du tout...................
.
........................J’aimais bien la montagne...............
........................Quand j’étais casse cou.................
.........................Le vertige me gagne................
.........................Je fatigue beaucoup...................
.
........................Je vais plus doucement...............
........................Et je marche très peu............
......................Je dors bien plus longtemps.............
.......................J’ai caché tous mes jeux.................
.
........................Quand une chienne passe..............
........................Je redeviens fringant................
.......................Je fais preuve d’audace................
.........................Je me sens élégant................
.
.....................Mais dès qu’elle est partie............
.........................Je retrouve mon âge................
........................Et mon dos s’arrondit...............
.......................Ce n’était qu’un mirage.................
.
.....................Mes maîtres m’aiment autant.............
.......................Que quand j’étais petit.................
.......................Ils me disent souvent....................
......................Que j’ai changé leur vie....................
.
.........................La mienne aura été...............
.......................Faite de grandes joies.............
.........................J’aurai été choyé..................
........................J’aurai été un roi................
.
.......................Quand il faudra partir............
.........................Je ne gémirai pas..............
......................Je voudrais m’endormir............
......................Blotti entre leurs bras..............
..
.........................Madeleine Reynaud............

Déposé par biscuit le 11/11/2017  


Edmond Rostand, extrait de "Les Musardises"
Ses yeux jaunes et bleus sont comme deux agates;
Il les ferme à-demi, parfois, en reniflant,
Se renverse, ayant pris son museau dans ses pattes,
Avec des airs de tigre étendu sur le flanc.
Mais le voilà qui sort de cette nonchalance,
Et, faisant le gros dos, il a l'air d'un manchon;
Alors pour l'intriguer un peu, je lui balance,
Au bout d'une ficelle invisible un bouchon.
Il fuit en galopant et la mine effrayée,
Puis revient au bouchon, le regarde, et d'abord
Tient suspendue en l'air sa patte repliée,
Puis l'abat, et saisit le bouchon et le mord.
Je tire la ficelle, alors, sans qu'il le voie;
Et le bouchon s'éloigne, et le chat noir le suit,
Faisant des ronds avec sa patte qu'il envoie,
Puis saute de côté, puis revient, puis refuit.
Mais dès que je lui dis: "Il faut que je travaille;
Venez vous asseoir là, sans faire le méchant!"
Il s'assied ... Et j'entends, pendant que j'écrivaille,
Le petit bruit mouillé qu'il fait en se léchant., ,

Déposé par biscuit le 06/11/2017  

Depuis que tu m'as quitte
J’ai l’impression que tout s’est écroulé
Le temps avance sans ta présence
Je reste sur place et tout me lasse
Le rêve est ma seule trêve
Sans toi je ne suis plus que chagrin
Je ne veux pas briser ce lien
Qui me maintient en vie
Alors je t’en prie ne m’oublies pas
Car dans mon cœur
A jamais tu seras,

Déposé par biscuit le 04/11/2017  

Si vous me recueillez ....
Alors que je suis sans foyer ....
Si vous me redonner la santé .....
Alors je ne serais que bonté ....
C'est cette différence qui existe entre l'homme et l'animal .....

Déposé par biscuit le 01/11/2017  


Au temps de la Toussaint
Au temps de la Toussaint, quand les cimetières
S’ornent de chrysanthèmes et de bruyère,
Et qu’ainsi joliment embellis, joliment colorés,
Ils donnent à la mort comme un air de gaieté.
Quand auprès des caveaux et des tombes familiales,
Eclairés par la douce lumière automnale,
L’on revient chaque année, prier, se recueillir…
Je suis triste et mon cœur ne cesse de souffrir :
Quelque part tu attends, en lieu insolite,
Esseulé, loin des tiens, sans jamais de visite.
Et pour le souvenir, toi qui aimais les fleurs,
Vois-tu je n’ai rien d’autre à t’offrir que mes pleurs,
Ce modeste bouquet de fleurs, pour t’apporter un peu de douceur…,

Déposé par biscuit le 28/10/2017  

Qu'il est long le temps présent
Quand plus rien n'est comme avant
Tout me fait si mal sans ton amour
Mais je garde au fond de moi
Tant de souvenirs de toi
D'une vie où tu étais là chaque jour
Un adieu, un au revoir
Tu es là vivante dans ma mémoire
Ici ou bien ailleurs,
Viendront des jours meilleurs
Un matin nous unira dans un nouveau bonheur
Un adieu, un au revoir
Ce n'est pas la fin de notre histoire
Ta patte a quitté ma main
Je suis seule sur le chemin
Tu es dans mes rêves la nuit, le jour
La maison aux volets bleus
Ne me parle que de nous deux
Et dans mon âme tu vivras pour toujours
Un adieu, un au revoir
Ce n'est pas la fin de notre histoire
Tu vivras toujours dans ma mémoire

Déposé par biscuit le 23/10/2017  


Que les étoiles éloignent notre tristesse
que les fleurs remplissent notre coeur de beauté
que l'espoir essuie nos larmes a jamais
que le silence nous rende fort.
pensée Amérindienne.
mais que le souvenir de ce passé si fragile a notre âme ,notre amour pour nos petits anges ne s'éteigne a jamais,que la lueur de cette flamme brille pour toujours dans notre chair meurtri,
afin d'y apporter un peu de lumière ,de sérénité et apaise notre douleur,afin que leur sommeil soit en paix....

Déposé par SESHAT39 le 22/10/2017  

💚 💚 💚 💚 🌹 🌹 🌹 💌 💌 💚 💚 💚 💚 🌹 🌹 🌹 💌 💌
L’ESPÉRANCE
**
J’ai ancré l’espérance
Aux racines de la vie
*
Face aux ténèbres
J’ai dressé des clartés
Planté des flambeaux
A la lisière des nuits
*
Des clartés qui persistent
Des flambeaux qui se glissent
Entre ombres et barbaries
*
Des clartés qui renaissent
Des flambeaux qui se dressent
Sans jamais dépérir
*
J’enracine l’espérance
Dans le terreau du cœur
J’adopte toute l’espérance
En son esprit frondeur.
**
Andrée Chedid
💚 💚 💚 💚 🌹 🌹 🌹 💌 💌 💌 💌

Déposé par GHETGHET le 22/10/2017  

JOACHIM du BELLAY
petits museau , petites dents , yeux qui n'étaient point trop ardents
Mais desquels la prunelles perses imités la couleurs diverses qu'on voit en cet arc pluvieux qui se courbes au travers des cieux

Déposé par biscuit le 18/10/2017  

"il y a tant d Amour dans leurs regards tant d espace à combler par notre tendresse nos caresses...
Il y a tant de temps perdu où l on se dis j aurais du..
Il y a tant de remord et de regrets que ce soit dans le présent ou le passé
Mais le temps peut être notre assassin où notre allié
Le temps apaise et nous soulève malgré le chagrin qui nous pèse
Il sèche nos larmes range nos souvenirs dans une armoire mais jamais il nous fais oublier le mot aimer j ai aimée, toute personne que l on s autorise à aimer on risque de le perdre ou de la perdre et viens ce jour et l on se sent démunis et l on se sent perdue derrière une porte qui s est refermée vers l inconnue où désormais sans toi je n ai plus d issue que de continuer à vivre dans nos souvenirs....

Déposé par biscuit le 15/10/2017  


Le chemin de mon cœur
Il y a un chemin bordé de mille fleurs
Qui serpente en mon sein, qui serpente en mon coeur,
Un chemin sinueux jonché de souvenirs
Et c’est sur celui-ci que tu viens de partir.
Marchant la tête haute de ton pas cadencé
Je te revois encore, si près à mes côtés.
Au creux de mon oreille j’entends toujours ta voix,
Je sens encore ta tête le soir posée sur moi.
A qui donc me confier puisque tu es parti ?
A qui donc raconter mes joies et mes soucis ?

Il me reste ma peine et mon profond chagrin,
Il me reste la graine de souvenirs lointains
Qui fleurira les bords du chemin de mon cœur
Et qui me donnera encore bien du bonheur.
En pensant aux instants si doux et chaleureux
Que nous avons passés toi et moi, tous les deux,
J’aurai les yeux humides et la gorge nouée
Car tous ces bons moments je n’pourrais oublier !
Cette larme qui coule deviendra diamant,
Comme un cadeau précieux, comme un joyeux présent.
Cet amour tempétueux que tu m’as tant donné
Au fond de ma mémoire restera à jamais…
….
Il y a un chemin qui n’est pas si lointain
Et c’est sur celui-ci que tu es mon bon chat,

Déposé par SESHAT39 le 14/10/2017  

L'importance du chat dans la vie humaine 💗 💗 💗 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈
--------------------------------------------------------------------------------
Texte d'une communication aux vétérinaires de M. *Jean-Luc Vuillemenot*
Secrétaire général de l’AFIRAC – Paris
(association française d’information et de recherche sur l’animal de compagnie)
*1. Dans le contexte familial*
Le chat intégré à la cellule familiale dispose d’un statut affectif fort dont les contours sont souvent mal posés. Il est un objet d’attachement – à géométrie variable – pour chacun des membres de la famille. Son intégration participe à la mise en place de relations entre les individus dans des registres inhabituels. L’animal sollicite les humains du groupe sur un mode sensoriel particulier et partage avec les enfants des compétences fondamentales. Le chat contribue à la bonne qualité de la vie de la famille et plus généralement des humains qui l’entourent, car il participe à la diminution du niveau de stress et des agressions émotionnelles. Sa présence peut induire des effets bénéfiques sur la santé physique et mentale des différents représentants de la structure familiale.
*Les bénéfices relationnels* 💗 💗 💗 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈
La fugacité et les multiples variations du comportement du chat créent un univers relationnel particulier. Le chat occupe l’espace de vie en des lieux significatifs et à des moments précis, pour le repos, l’alimentation, le jeu et la vigilance. Il plonge ses maîtres dans un monde de sensations qu’il apparaît être le seul à pouvoir proposer parmi tous les animaux de compagnie. Le chat partage cinq compétences – socles – avec l’enfant qui, pour Hubert Montagner, expert reconnu de son développement, permettent de définir, dès la naissance, les « noyaux » initiaux à partir desquels le bébé capte, agglomère, combine et intègre les informations de son monde extérieur : « l’attention visuelle soutenue, l’élan à l’interaction, les comportements affiliatifs, l’organisation structurée et ciblée du geste et l’imitation ». Ces compétences font partie des piliers du développement émotionnel de l’enfant qui ouvre la voie de celui de son intelligence. Le chat agit là comme une passerelle entre l’univers des adultes et celui de l’enfant.
----------------------------------------------------
*Les bénéfices de santé* 💗 💗 💗 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈
Au plan de la qualité de vie mais aussi au regard de la santé mentale et physique de l’homme, le chat apporte une contribution qui se traduit par des effets précis. Le fait de l’observer, de jouer avec lui, de le caresser ou de le savoir à proximité et de s’engager à l’assumer engendre un apaisement, une baisse du sentiment de solitude et d’abandon, une décroissance significative et durable de certains paramètres biologiques (pression artérielle), une diminution des signaux faciaux de stress et une amélioration de l’estime de soi. La présence d’un chat auprès d’un individu ou dans une famille diminue les consultations et les prescriptions médicales et entraîne une réduction des dépenses de santé. Il permet de maintenir et de développer les interactions entre les individus à l’intérieur du groupe social, en « lubrifiant » les relations entre voisins, avec les commerçants ou chez le vétérinaire.
*2. Dans une approche institutionnelle* 💗 💗 💗 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈
Le chat peut être présent aux côtés d’un professionnel du secteur médical, social ou éducatif dont le domaine d’expertise s’adresse à une personne en difficulté. L’animal introduit une reconfiguration de la relation entre le bénéficiaire et l’intervenant. La triangulation du rapport qui s’établit bénéficie à l’ouverture d’un espace dans lequel l’expert peut puiser des ressources pour avancer avec le bénéficiaire. Les exemples, toutefois peu nombreux, touchent les domaines de l’éducation, de la psychologie, de la gériatrie, de la médecine spécialisée et de la prise en charge sociale. Le chat est alors en situation d’action partagée avec le professionnel (enseignant, éducateur, médecin, psychologue, kinésithérapeute, etc.).
Le chat peut contribuer à un programme spécifique de soutien auprès d’un groupe de personnes en situation difficile et placées dans une institution. Il est inclus dans un programme à orientation sociale, éducative ou thérapeutique. Cette pratique nécessite une construction rigoureuse et un suivi pertinent.
*Au plan individuel* 💗 💗 💗 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈
Dans le cadre d’un travail individuel, le chat accompagne le protocole pédagogique, social, éducatif, médical, psychologique ou physique mis en place par un intervenant du domaine concerné. Un transfert s’effectue entre le bénéficiaire et le professionnel par l’intermédiaire de l’animal, qui sert de support pour faire émerger la personnalité en difficulté. L’animal n’est jamais substitué à une technique, un traitement médical, un geste ou un savoir-faire.
Il est toujours placé en situation de coaction avec l’intervenant, dans l’intérêt du bénéficiaire. C’est le spécialiste qui détermine le temps, la fréquence, le moment, les conditions et la surveillance du processus d’interactions entre le chat et un bénéficiaire. Les histoires individuelles des personnes inscrites dans cette triade conditionnent le déroulement et le processus progressif de la méthode mise en œuvre. Le chat intervient sans aucune contrainte ; sa liberté de mouvement est un critère d’efficacité. Il doit présenter un comportement stable et équilibré.
*Dans une institution* 💗 💗 💗 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈
Certains chats participent à la vie d’institutions spécialisées. Le chat est alors associé de manière permanente à un établissement et entretient des relations avec les résidents, les équipes médicales, sociales ou éducatives et les visiteurs. Ce chat est à l’image de celui que l’on trouve dans une famille. Son foyer est multiple et son propriétaire légal est l’institution. Un référent principal coordonne sa prise en charge avec une équipe volontaire. Surveillé régulièrement sur le plan sanitaire, le chat présente des garanties de bonne santé et d’équilibre comportemental. Son intervention, dans le cadre d’un programme d’Activité Associant l’Animal (AAA), est une volonté politique de l’institution qui l’assure (au plan de la responsabilité civile), le nourrit et veille à sa bientraitance. Le plan mise en œuvre est validé par la Direction de l’établissement. Les autorités hiérarchiques et de tutelle en sont informées. Des chats mascottes vivent également dans les structures vétérinaires, apportant un réconfort évident aux soignants, aux propriétaires et aux animaux hospitalisés.
💗 💗 💗 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈 💗 💗 💗 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈
,

Déposé par SESHAT39 le 14/10/2017  

Les Soleils d’Octobre
...........................
Auguste Lacaussade
**
Aux jours où les feuilles jaunissent,
Aux jours où les soleils finissent,
Hélas ! nous voici revenus ;
Le temps n’est plus, ma-bien-aimée,
Où sur la pelouse embaumée
Tu posais tes pieds blancs et nus.
*
L’herbe que la pluie a mouillée
Se traîne frileuse et souillée ;
On n’entend plus de joyeux bruits
Sortir des gazons et des mousses ;
Les châtaigniers aux branches rousses
Laissent au vent tomber leurs fruits.
*
Sur les coteaux aux pentes chauves,
De longs groupes d’arbustes fauves
Dressent leurs rameaux amaigris ;
Dans la forêt qui se dépouille,
Les bois ont des teintes de rouille ;
L’astre est voilé, le ciel est gris.
*
Cependant, sous les vitres closes,
Triste de la chute des roses,
Il n’est pas temps de s’enfermer ;
Toute fleur n’est pas morte encore ;
Un beau jour, une belle aurore
Au ciel, demain, peut s’allumer.
*
La terre, ô ma frileuse amie !
Ne s’est point encore endormie
Du morne sommeil de l’hiver…
Vois ! la lumière est revenue :
Le soleil, entr’ouvrant la nue,
Attiédit les moiteurs de l’air.
*
Sous la lumière molle et sobre
De ces soleils calmes d’octobre,
Par les bois je voudrais errer !
L’automne a de tièdes délices :
Allons sur les derniers calices,
Ensemble, allons les respirer !
*
Je sais dans la forêt prochaine,
Je sais un site au pied du chêne
Où le vent est plus doux qu’ailleurs ;
Où l’eau, qui fuit sous les ramures,
Échange de charmants murmures
Avec l’abeille, avec les fleurs.
*
Dans ce lieu plein d’un charme agreste,
Où pour rêver souvent je reste,
Veux-tu t’asseoir, veux-tu venir ?
Veux-tu, sur les mousses jaunies,
Goûter les pâles harmonies
De la saison qui va finir ?
*
Partons ! et, ma main dans la tienne,
Qu’à mon bras ton bras se soutienne !
Des bois si l’humide vapeur
Te fait frissonner sous ta mante,
Pour réchauffer ta main charmante
Je la poserai sur mon cœur.
*
Et devant l’astre qui décline,
Debout sur la froide colline,
Et ton beau front penché sur moi,
Tu sentiras mille pensées,
Des herbes, des feuilles froissées
Et des bois morts, monter vers toi.
*
Et devant la terne verdure,
Songeant qu’ici-bas rien ne dure,
Que tout passe, fleurs et beaux jours,
A cette nature sans flamme
Tu pourras comparer, jeune âme,
Mon cœur, pour toi brûlant toujours !
*
Mon cœur, foyer toujours le même,
Foyer vivant, foyer qui t’aime,
Que ton regard fait resplendir !
Que les saisons, que les années,
Que l’âpre vent des destinées
Ne pourront jamais refroidir !
*
Et quand, noyés de brume et d’ombre,
Nous descendrons le coteau sombre,
Rayon d’amour, rayon d’espoir,
Un sourire, ô ma bien-aimée !
Jouera sur ta lèvre embaumée
Avec les derniers feux du soir.
**
Auguste Lacaussade, Poèmes et Paysages
,

Déposé par SESHAT39 le 13/10/2017  

L'AUTOMNE de Jacques Prévert 🐌 🐌 🍁 😜 😜 😉 😉 🤓 🤓 📔 📔
------------------------------------------------------
Chanson des escargots qui vont à l'enterrement 🐌 🐌 🍁
À l'enterrement d'une feuille morte
Deux escargots s'en vont
Ils ont la coquille noire
Du crêpe autour des cornes
Ils s'en vont dans le soir
Un très beau soir d'automne
Hélas quand ils arrivent
C'est déjà le printemps
Les feuilles qui étaient mortes
Sont toutes ressuscitées
Et les deux escargots
Sont très désappointés
Mais voilà le soleil
Le soleil qui leur dit
Prenez prenez la peine
La peine de vous asseoir
Prenez un verre de bière
Si le coeur vous en dit
Prenez si ça vous plaît
L'autocar pour Paris
Il partira ce soir
Vous verrez du pays
Mais ne prenez pas le deuil
C'est moi qui vous le dit
Ça noircit le blanc de l'oeil
Et puis ça enlaidit
Les histoires de cercueils
C'est triste et pas joli
Reprenez vos couleurs
Les couleurs de la vie
Alors toutes les bêtes
Les arbres et les plantes
Se mettent à chanter
À chanter à tue-tête
La vraie chanson vivante
La chanson de l'été
Et tout le monde de boire
Tout le monde de trinquer
C'est un très joli soir
Un joli soir d'été
Et les deux escargots
S'en retournent chez eux
Ils s'en vont très émus
Ils s'en vont très heureux
Comme ils ont beaucoup bu
Ils titubent un petit peu
Mais là-haut dans le ciel
La Lune veille sur eux. 🌚 😉 😉
😜 😜 😉 😉 🤓 🤓 📔 📔 🍁 🍁 🍁 🍁 🍃 🍃 🍃 🍃

Déposé par SESHAT39 le 12/10/2017  

🍃 🍃 🍃 🍁 🍁 🍁 😥 😥 💔 💔 💔 😥 😥 🍁 🍁 🍁 💞 💞 💞
L'AUTOMNE
...................................
Salut ! bois couronnés d'un reste de verdure !
Feuillages jaunissants sur les gazons épars !
Salut, derniers beaux jours ! Le deuil de la nature
Convient à la douleur et plaît à mes regards !
*
Je suis d'un pas rêveur le sentier solitaire,
J'aime à revoir encor, pour la dernière fois,
Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
Perce à peine à mes pieds l'obscurité des bois !
*
Oui, dans ces jours d'automne où la nature expire,
A ses regards voilés, je trouve plus d'attraits,
C'est l'adieu d'un ami, c'est le dernier sourire
Des lèvres que la mort va fermer pour jamais !
*
Ainsi, prêt à quitter l'horizon de la vie,
Pleurant de mes longs jours l'espoir évanoui,
Je me retourne encore, et d'un regard d'envie
Je contemple ses biens dont je n'ai pas joui !
*
Terre, soleil, vallons, belle et douce nature,
Je vous dois une larme aux bords de mon tombeau ;
L'air est si parfumé ! la lumière est si pure !
Aux regards d'un mourant le soleil est si beau !
*
Je voudrais maintenant vider jusqu'à la lie
Ce calice mêlé de nectar et de fiel !
Au fond de cette coupe où je buvais la vie,
Peut-être restait-il une goutte de miel ?
*
Peut-être l'avenir me gardait-il encore
Un retour de bonheur dont l'espoir est perdu ?
Peut-être dans la foule, une âme que j'ignore
Aurait compris mon âme, et m'aurait répondu ? ...
*
La fleur tombe en livrant ses parfums au zéphire ;
A la vie, au soleil, ce sont là ses adieux ;
Moi, je meurs; et mon âme, au moment qu'elle expire,
S'exhale comme un son triste et mélodieux.
**
Alphonse de LAMARTINE
🍃 🍃 🍃 🍁 🍁 🍁 😥 😥 💔 💔 💔 😥 😥 🍁 🍁 🍁 💞 💞 💞

Déposé par SESHAT39 le 12/10/2017  

😥 😥 😥 🕊 🕊 🕊 🕊 💞 💞 💞 💞 💞 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 👼 👼 👼 👼 👼 🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 💙 💙 💙 💙 💙
"TU ME MANQUES
..................................
Je suis assise ici, seule, si triste et solitaire.
Je pense à toi souvent -- chaque minute du jour, me demandant comment tu vas, ce que tu fais, souhaitant te serrer dans mes bras.
Je suis assise, me souvenant de tout ce que nous avons partagé, rêvant à tout ce qui sera, et je verse une larme pour chaque minute sans toi.
Parfois, je crois en ma force et que le temps qui nous sépare s'écoulera vite, et puis parfois, je m'assieds et pleure et me demande pourquoi faut-il que l'amour fasse ainsi mal...
Bien que parfois dans la solitude... quelque part dans le vide je me sente pourtant très aimée, et je réalise que ce n'est pas l'amour qui fait si mal...
c'est d'être sans toi."
😥 😥 😥 🕊 🕊 🕊 🕊 💞 💞 💞 💞 💞 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 👼 👼 👼 👼 👼 🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 💙 💙 💙 💙 💙

Déposé par SESHAT39 le 12/10/2017  

✒ ✒ ✒ 📚 📚 📚 📚 🤓 🤓 🤓 😀 😀 😉 😉 😜 😜 😜 🖋 🖋 🖋 📔 📔 📔 📓 📓 📓 ✒ ✒ ✒ 📚 📚 📚 📚 🤓 🤓 🤓 😀 😀
LES VOYELLES
...........................................
A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,
*
Golfes d'ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;
*
U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;
*
O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges ;
- O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux !
**
Arthur Rimbaud
✒ ✒ ✒ 📚 📚 📚 📚 🤓 🤓 🤓 😀 😀 😉 😉 😜 😜 😜 🖋 🖋 🖋 📔 📔 📔 📓 📓 📓

Déposé par biscuit le 12/10/2017  

Un jour, j’ai croisé tes beaux yeux
et je suis tombé amoureuse
je t’ai emporté dans mes bras
jusqu'à la maison, au coin du feu...
Le matin tu me réveille en ronronnant
Le soir tu m’ attends
bien sage et sans bouger.
Puis c'est la fête, tes mirettes
tu bondis,sur mes genoux en quémandant
des jeux, bisous et des câlins .
Il faut remplir ta gamelle
le ventre plein, la vie est belle.
L'hiver tu te chauffe à mes pieds
L'été t’offre de belle herbeverte,le soleil
et le bourdonnement des abeilles
Si je suis triste, tu le sens
tu viens te blottir tout contre moi
pour me montrer ton amour
si forte pour me réconforter.
Je te parle de mes joies, de mes peines,
tes grands yeux profonds comprennent
tu est très espiègle, et dans coup,tu deviens sage.
Pour moi tu est un enfant
même si les coeurs durs ne comprennent pas
l'union secrète qui nous unit
et cette union... c'est pour la vie !!!!
Même quand tu est parti jouer au paradis...
Tu est tatoué dans mon coeur
dans mes sourires et dans mes pleures.
La maladie est venue te chercher comme seule elle peut l'opérer
j'essaie de comprendre sans succès et je ne cesse de te pleurer
Pour toi mon chat mon ange que j’ aime,

Déposé par biscuit le 10/10/2017  

Le rayon de lune,
Mais non mon petit chat, tu n’attraperas pas
ce doux rayon de lune, qui est tombé du toit.
Il est bien plus léger, bien plus souple qu’un chat,
Mais non n’insiste pas, Il se moque de toi.
Regarde le danser,
Là sur les hortensias sans les faire plier.
Allons, ne vois-tu pas qu’il est tout transparent,
Ce petit rat d’argent ?
Maurice Carême,

Déposé par SESHAT39 le 10/10/2017  

Et oui ! C'est quoi la vie ?
**
Le Secret
*
D'où viennent-ils ?
Où vont-ils
Tous ces humains que cherchent-ils ?
*
Il court, il court, le Secret !
Et les hommes lui courent après !
*
Il est passé par ici
Il repassera par là.
*
C'est comment, c'est quoi la vie ?
Bien malin qui le dira !
*
Elle est passée par ici,
Elle repassera par là.
*
Il court, il court, le Secret !
Et les hommes lui courent après !
*
Andrée Chedid ("Fêtes et lubies" - éditions Flammarion - 1973)

Déposé par SESHAT39 le 10/10/2017  

Octobre est doux
......................................................
Albert Samain
**
Octobre est doux. – L’hiver pèlerin s’achemine
Au ciel où la dernière hirondelle s’étonne.
Rêvons… le feu s’allume et la bise chantonne.
Rêvons… le feu s’endort sous sa cendre d’hermine.
*
L’abat-jour transparent de rose s’illumine.
La vitre est noire sous l’averse monotone.
Oh ! le doux « remember » en la chambre d’automne,
Où des trumeaux défunts l’âme se dissémine.
*
La ville est loin. Plus rien qu’un bruit sourd de voitures
Qui meurt, mélancolique, aux plis lourds des tentures…
Formons des rêves fins sur des miniatures.
*
Vers de mauves lointains d’une douceur fanée
Mon âme s’est perdue ; et l’Heure enrubannée
Sonne cent ans à la pendule surannée…
**
Albert Samain, Au jardin de l’infante
🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 🍃 🍃 🌺 🌺 🌺 🌺 🌻 🌻 🌻 🌻 💗 💗 💗 💗 🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 🍃 🍃 🌺 🌺 🌺 🌺 🌻 🌻 🌻 🌻 💗 💗 💗 💗

Déposé par biscuit le 09/10/2017  


Que les étoiles éloignent notre tristesse
que les fleurs remplissent notre coeur de beauté
que l'espoir essuie nos larmes a jamais
que le silence nous rende fort.
pensée Amérindienne.
mais que le souvenir de ce passé si fragile a notre âme ,notre amour pour nos petits anges ne s'éteigne a jamais,que la lueur de cette flamme brille pour toujours dans notre chair meurtri,
afin d'y apporter un peu de lumière ,de sérénité et apaise notre douleur,afin que leur sommeil soit en paix....

Déposé par SESHAT39 le 08/10/2017  

🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 🌻 🌻 🌻 🌻 🌻 🌻 💛 💛 💛 💛 💛 💐 💐 💐 🍄 🍄 🍄 🍃 🍃 🍃 🍃 🍃 🍃
RAYONS D'OCTOBRE (IV)
................................................
Nérée Beauchemin
**
Maintenant, plus d’azur clair, plus de tiède haleine,
Plus de concerts dans l’arbre aux lueurs du matin :
L’oeil ne découvre plus les pourpres de la plaine
Ni les flocons moelleux du nuage argentin.
*
Les rayons ont pâli, leurs clartés fugitives
S’éteignent tristement dans les cieux assombris.
La campagne a voilé ses riches perspectives.
L’orme glacé frissonne et pleure ses débris.
*
Adieu soupirs des bois, mélodieuses brises,
Murmure éolien du feuillage agité.
Adieu dernières fleurs que le givre a surprises,
Lambeaux épars du voile étoilé de l’été.
*
Le jour meurt, l’eau s’éplore et la terre agonise.
Les oiseaux partent. Seul, le roitelet, bravant
Froidure et neige, reste, et son cri s’harmonise
Avec le sifflement monotone du vent.
**
Nérée Beauchemin, Les floraisons matutinales
🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 🌻 🌻 🌻 🌻 🌻 🌻 💛 💛 💛 💛 💛 💐 💐 💐 🍄 🍄 🍄 🍃 🍃 🍃 🍃 🍃 🍃
🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 🌻 🌻 🌻 🌻 🌻 🌻 💛 💛 💛 💛 💛 💐 💐 💐 🍄 🍄 🍄 🍃 🍃 🍃 🍃 🍃 🍃

Déposé par SESHAT39 le 08/10/2017  

Rayons d’octobre (III)
..............................................
Nérée Beauchemin
**
Écoutez : c’est le bruit de la joyeuse airée
Qui, dans le poudroîment d’une lumière d’or,
Aussi vive au travail que preste à la bourrée,
Bat en chantant les blés du riche messidor.
*
Quel gala ! pour décor, le chaume qui s’effrange ;
Les ormes, les tilleuls, le jardin, le fruitier
Dont la verdure éparse enguirlande la grange,
Flotte sur les ruisseaux et jonche le sentier.
*
Pour musique le souffle errant des matinées ;
La chanson du cylindre égrenant les épis ;
Les oiseaux et ces bruits d’abeilles mutinées
Que font les gais enfants dans les meules tapis.
*
En haut, sur le gerbier que sa pointe échevèle,
La fourche enlève et tend l’ondoyant gerbillon.
En bas, la paille roule et glisse par javelle
Et vole avec la balle en léger tourbillon.
*
Sur l’aire, les garçons dont le torse se cambre,
Et les filles, leurs soeurs rieuses, déliant
L’orge blonde et l’avoine aux fines grappes d’ambre,
Font un groupe à la fois pittoresque et riant.
*
En ce concert de franche et rustique liesse,
La paysanne donne une note d’amour.
Parmi ces rudes fronts hâlés, sa joliesse
Évoque la fraîcheur matinale du jour.
*
De la batteuse les incessantes saccades
Ébranlent les massifs entraits du bâtiment.
Le grain doré jaillit en superbes cascades.
Tous sont fiers des surplus inouïs du froment.
*
Déjà tous les greniers sont pleins. Les gens de peine
Chancellent sous le poids des bissacs. Au milieu
Des siens, le père, heureux, à mesure plus pleine,
Mesure et serre à part la dîme du bon Dieu.
*
Il va, vient. Soupesant la précieuse charge
Et tournant vers le ciel son fier visage brun,
Le paysan bénit Celui dont la main large
Donne au pieux semeur trente setiers pour un.
**
Nérée Beauchemin, Les floraisons matutinales

Déposé par SESHAT39 le 07/10/2017  

🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 🍃 🍃 🍃 🍃 🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 🍃 🍃 🍃 🍃
RAYONS D'OCTOBRE (II)
.............................................
Nérée Beauchemin
**
À peine les faucheurs ont engrangé les gerbes
Que déjà les chevaux à l’araire attelés
Sillonnent à travers les chardons et les herbes
La friche où juin fera rouler la mer des blés.
*
Fécondité des champs ! cette glèbe qui fume,
Ce riche et fauve humus, recèle en ses lambeaux
La sève qui nourrit et colore et parfume
Les éternels trésors des futurs renouveaux.
*
Les labours, encadrés de pourpre et d’émeraude,
Estompent le damier des prés aux cent couleurs.
De sillons en sillons, les bouvreuils en maraude
Disputent la becquée aux moineaux querelleurs.
*
Et l’homme, aiguillonnant la bête, marche et marche,
Pousse le coutre. Il chante, et ses refrains plaintifs
Évoquent l’âge où l’on voyait le patriarche
Ouvrir le sol sacré des vallons primitifs.
**
Nérée Beauchemin, Les floraisons matutinales
🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 🍃 🍃 🍃 🍃 🍁 🍁 🍁 🍁 🍁 🍃 🍃 🍃 🍃

Déposé par SESHAT39 le 06/10/2017  

Rayons d’octobre (I)
...............................................
Nérée Beauchemin
**
Octobre glorieux sourit à la nature.
On dirait que l’été ranime les buissons.
Un vent frais, que l’odeur des bois fanés sature,
Sur l’herbe et sur les eaux fait courir ses frissons.
*
Le nuage a semé les horizons moroses,
De ses flocons d’argent. Sur la marge des prés,
Les derniers fruits d’automne, aux reflets verts et roses,
Reluisent à travers les rameaux diaprés.
*
Forêt verte qui passe aux tons chauds de l’orange ;
Ruisseaux où tremble un ciel pareil au ciel vernal ;
Monts aux gradins baignés d’une lumière étrange.
Quel tableau ! quel brillant paysage automnal !
*
À mi-côte, là-bas, la ferme ensoleillée,
Avec son toit pointu festonné de houblons,
Paraît toute rieuse et comme émerveillée
De ses éteules roux et de ses chaumes blonds.
*
Aux rayons dont sa vue oblique est éblouie,
L’aïeul sur le perron familier vient s’asseoir :
D’un regain de chaleur sa chair est réjouie,
Dans l’hiver du vieillard, il fait moins froid, moins noir.
*
Calme et doux, soupirant vers un lointain automne,
Il boit la vie avec l’air des champs et des bois,
Et cet étincelant renouveau qui l’étonne
Lui souffle au coeur l’amour des tendres autrefois.
*
De ses pieds délicats pressant l’escarpolette,
Un jeune enfant s’enivre au bercement rythmé,
Semblable en gentillesse à la fleur violette
Que l’arbuste balance au tiède vent de mai.
*
Près d’un vieux pont de bois écroulé sur la berge,
Une troupe enfantine au rire pur et clair,
Guette, sur les galets qu’un flot dormant submerge,
La sarcelle stridente et preste qui fend l’air.
*
Vers les puits dont la mousse a verdi la margelle,
Les lavandières vont avec les moissonneurs ;
Sous ce firmament pâle éclate de plus belle
Le charme printanier des couples ricaneurs.
*
Et tandis que bruit leur babillage tendre,
On les voit déroulant la chaîne de métal
Des treuils mouillés, descendre et monter et descendre
La seille d’où ruisselle une onde de cristal.
**
Nérée Beauchemin, Les floraisons matutinales

Déposé par biscuit le 06/10/2017  

Esquiver un pas vers une main tendue
Pour briser notre solitude,
Pour qu'enfin notre peine soit entendue
Malgré le temps qui passe, restent les habitudes.
Recevoir des messages de réconfort,
Les accueillir comme un baume pour notre coeur,
Se soutenir et se sentir plus fort//e
En PARTAGEANT notre douleur.
Avancer tous ENSEMBLE au travers de nos histoires,
S'écouter et ne pas juger
Retrouver parfois, malgré notre désespoir
Une petite part de bonheur et la partager.
Espérer des jours meilleurs
Où la douleur fera place à l'apaisement
Tout en gardant au fond de notre coeur
Pour notre Trésor, notre amour, et ce, ETERNELLEMENT.
,

Déposé par SESHAT39 le 05/10/2017  

LE LAC
...............................
Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges
Jeter l'ancre un seul jour ?
*
Ô lac ! l'année à peine a fini sa carrière,
Et près des flots chéris qu'elle devait revoir,
Regarde ! je viens seul m'asseoir sur cette pierre
Où tu la vis s'asseoir !
*
Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes,
Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés,
Ainsi le vent jetait l'écume de tes ondes
Sur ses pieds adorés.
*
Un soir, t'en souvient-il ? nous voguions en silence ;
On n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux,
Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
Tes flots harmonieux.
*
Tout à coup des accents inconnus à la terre
Du rivage charmé frappèrent les échos ;
Le flot fut attentif, et la voix qui m'est chère
Laissa tomber ces mots :
*
" Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !
*
" Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez, coulez pour eux ;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
Oubliez les heureux.
*
" Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m'échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l'aurore
Va dissiper la nuit.
*
" Aimons donc, aimons donc ! de l'heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons !
L'homme n'a point de port, le temps n'a point de rive ;
Il coule, et nous passons ! "
*
Temps jaloux, se peut-il que ces moments d'ivresse,
Où l'amour à longs flots nous verse le bonheur,
S'envolent loin de nous de la même vitesse
Que les jours de malheur ?
*
Eh quoi ! n'en pourrons-nous fixer au moins la trace ?
Quoi ! passés pour jamais ! quoi ! tout entiers perdus !
Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface,
Ne nous les rendra plus !
*
Éternité, néant, passé, sombres abîmes,
Que faites-vous des jours que vous engloutissez ?
Parlez : nous rendrez-vous ces extases sublimes
Que vous nous ravissez ?
*
Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !
Vous, que le temps épargne ou qu'il peut rajeunir,
Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,
Au moins le souvenir !
*
Qu'il soit dans ton repos, qu'il soit dans tes orages,
Beau lac, et dans l'aspect de tes riants coteaux,
Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages
Qui pendent sur tes eaux.
*
Qu'il soit dans le zéphyr qui frémit et qui passe,
Dans les bruits de tes bords par tes bords répétés,
Dans l'astre au front d'argent qui blanchit ta surface
De ses molles clartés.
*
Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
Que les parfums légers de ton air embaumé,
Que tout ce qu'on entend, l'on voit ou l'on respire,
Tout dise : Ils ont aimé !
**
Alphonse de Lamartine (1790-1869)
💖 💖 💖 💔 💔 💔 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 💖 💖 💖 💔 💔 💔 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥

Déposé par SESHAT39 le 03/10/2017  

💖 💖 💖 🌈 🌈
💖 💖 13 💖 💖
**** Mon Chat ****
Complice de tous mes instants
Boule de poils au regard si parlant
Gardien silencieux de mes peines
Témoin affectueux de mes joies humaines
Mon chat, que certains nomment bestiole
N’est certes pas dépourvu de certaines tares
Et si nos malheureux chaussons en firent les frais parfois
Ta loyale compagnie vaut bien ces quelques débordements de joies
Mon chat, ami du premier moment
A la fois si discret et si imposant
Tu donnes un amour inconditionnel
A tes maîtres souvent indignes d’un honneur pareil
Mon chat, fidèle à la main qui te gourmande et te flatte
Tu es sans nul doute le plus aimant de mes amis à 4 pattes
Et quand ta truffe me presse doucement d’une caresse
Je te dois alors d’y mettre la plus grande des tendresses.
**** Pensée ****
*****
💖 💖 💖 🌈 🌈

Déposé par SESHAT39 le 03/10/2017  

THICH NHAT HANH
L’écoute n’a qu’un seul but : permettre à l’autre de vider son cœur. Si vous pratiquez ainsi, la compassion sera toujours là. Si la conscience est là, je suis sûr que vous savez tous ici que la haine, la violence et la colère ne peuvent être neutralisés et guéris que par une seule substance : la compassion.

Déposé par biscuit le 03/10/2017  


Il se lovait souvent sur les feuilles éparses
De mon petit bureau, ou bien sur mes genoux,
Et ne tolérait pas la vue de ses comparses
Qui redoutaient sa griffe autant que son courroux.
Il m'avait élu Maître, et j'étais son otage
-Prisonnier envoûté par son iris béant
M'ouvrant un au-delà mystérieux et sauvage
Où divaguait sans peur mon esprit mécréant.
Nous en faisions un jeu : "la prunelle de fer ";
Las ! je sortais vaincu de toutes nos batailles,
Surtout quand me brûlaient les flammes de l'Enfer
Dans son oeil acéré lacérant mes entrailles.
L'aurore l'invitait au creux de mon giron ;
Il me couvrait alors d'un regard patelin,
Modulant mon réveil d'un lyrique ronron
Qu'il posait sur ma joue en un vibrant câlin.
Dans un frémissement de sa fine moustache
Il ondulait parfois sur les sentiers du rêve;
Même dans l'abandon, qu'il avait du panache !
Combien ma main aimait à le flatter sans trêve !
Sur le coussin ridé du vieux fauteuil voltaire
L'absence a fait son lit au val de mon félin;
Oh, je hais ce trépas en mon coeur solitaire !
Et je pleure l'ami qui me fait orphelin.
Alice Hugo,

Déposé par SESHAT39 le 02/10/2017  

🕊 🕊 🕊 💖 💖 💞 💞 💞 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 👼 👼 👼 👼 🌹 🌹 🌹 🌹 😍 😍 😍 😍 🕊 🕊 🕊 🕊 🕊 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 👼 👼 👼 👼 👼 👼
AU PROGRAMME POUR CETTE PREMIÈRE SEMAINE D'OCTOBRE : 2 belles Fêtes
Mercredi 04 : la Saint François d'Assise, la Fête de tous les Animaux. 💖 💖 💖 💖 🌹 🌹 🌹
Jeudi 05 : la Sainte Fleur. 💖 💖 💖 💖 🌹 🌹 🌹
🕊 🕊 🕊 💖 💖 💞 💞 💞 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 👼 👼 👼 👼 🌹 🌹 🌹 🌹 😍 😍 😍 😍 🕊 🕊 🕊 🕊 🕊 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 👼 👼 👼 👼 👼 👼
🕊 🕊 🕊 💖 💖 💞 💞 💞 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 👼 👼 👼 👼 🌹 🌹 🌹 🌹 😍 😍 😍 😍 🕊 🕊 🕊 🕊 🕊 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 👼 👼 👼 👼 👼 👼

Déposé par biscuit le 02/10/2017  

Quelqu'un meurt,
Et c'est comme des pas
Qui s'arrêtent.
Mais si c'était un départ
Pour un nouveau voyage...
**
Quelqu'un meurt,
Et c'est comme une porte
Qui claque.
Mais si c'était un passage
S'ouvrant sur d'autres paysages...
**
Quelqu'un meurt,
Et c'est comme un arbre
Qui tombe,
Mais si c'était une graine
Germant dans une terre nouvelle...
**
Quelqu'un meurt,
Et c'est comme un silence
Qui hurle.
Mais s'il nous aidait à entendre
La fragile musique de la vie...
(Benoît Marchon)

Déposé par SESHAT39 le 01/10/2017  

Des nuages au Paradis ! Oui, mais de gentils nuages...
*
Les nuages
**
Trois petits nuages
S’en venaient de Paris,
Mais oui, mais oui.
Mon Dieu, qu’ils étaient jolis !
Derrière eux le vent riait.
Allez, allez !
Et claque, claque son fouet.
Le premier nuage
Etait léger comme un duvet.
Le second petit nuage
Avait de beaux cheveux frisés.
Passant trop près du soleil,
Le pauvre petit dernier
S’y était brûlé le nez.
Tant pis, tant pis
Ils ne pouvaient pas s’arrêter
Pensez !
Trois petits nuages
S’en allaient au Paradis !
****

Déposé par SESHAT39 le 01/10/2017  

BASTET, LA DÉESSE-CHAT 🐱 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈 🐈 💛 💛 💛 💛 💛 💛 💛 🌹 🌹 🌹 🌹 🌹
BASTET (En Grec : Bastis, en Égyptien : Bast ou Baast ou Ubasti ou Baset) fut l'une des divinités les plus adorées par les Égyptiens. Il y eut confusion, de la part des premiers égyptologues, sur la traduction d'un hiéroglyphe ajouté à la fin de son nom, qui donna à tort la translittération en Bastet. Il s'agit d'une divinité solaire symbolisant la chaleur apaisante du soleil, adoré pour sa puissance, sa force et son agilité. Elle est la forme bienveillante d’une Déesse dangereuse, elle incarne la féminité. Elle est la protectrice des femmes enceintes et est chargée de dispenser les bienfaits du soleil. Elle est aussi Déesse de la musique, de la danse, de la joie, des festivals et maîtresse du foyer.
🐱 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈 🐈 💛 💛 💛 💛 💛 💛 💛 🌹 🌹 🌹 🌹 🌹 🐱 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈 🐈 💛 💛 💛 💛 💛 💛 💛 🌹 🌹 🌹 🌹 🌹
Il s'agit d'une Déesse pacifique, mais, lorsqu'elle est en colère, elle devient une femme à tête de lionne, parfois très violente. Comme l'animal totem qui la représente, Bastet était tendre imprévisible, mais sa violence pouvait surgir à tout moment.
Elle est soit l’œil, soit la fille de Rê ou celle d'Atoum, en prenant comme mère Hathor ou Tefnout. À certaine période elle forma une triade avec Atoum et Mahès (ou Miysis ou Mihos), le Dieu lion, dont elle est la mère. Elle fut vénérée dès la Période Thinite (v.3150-2647), puis après particulièrement sous le règne de Pépi II (2246-2152) où elle fut le pendant d’Hathor de Dendérah. D'abord divinité locale sur son sanctuaire de la ville de Bubastis (L'actuelle Tell Basta dans le Delta, en Égyptien Per-bastet pr bAstt "la maison de Bastet"), le culte de la Déesse se propagea dans tout le pays. Bastet protégeait le défunt dans l'Au-delà et aidait Rê à tuer le serpent Apophis.
***************************
Ses représentations et symboles
BASTET est l’une des Déesses les plus discrètes du panthéon Égyptien et n’est que très rarement représentée, sinon dans son temple à Bubastis. Les différentes représentations de Bastet sont, initialement, sous la forme de la lionne Sekhmet qui dort en elle et à laquelle elle est associée en femme à tête de lionne portant la croix ânkh d'une main et le sceptre de l'autre. Puis, à partir du Moyen Empire (2022-1650), sous la forme d'une chatte ou d'une femme à tête de chat.
................................... 🐱 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈 🐈 💛 💛 💛 💛 💛 💛 💛 🌹 🌹 🌹 🌹 🌹
Ses symboles étaient :
Ses attributs divins : Le sistre (instrument de musique) parce qu'elle aimait particulièrement la danse et la musique, le couteau et le panier. Selon Jean-Pierre Corteggiani, en plus la couronne Atef, la couronne Hedjet, le disque solaire et l’uræus.
Animaux, couleur et élément : Ses animaux étaient le chat et le lion. Sa couleur le noir. Il n'y a pas d'élément qui lui soit attribué.
Les fêtes en son honneur : Les fêtes annuelles de la ville de Bubastis, en honneur de Bastet, étaient des événements très attendus en Égypte. Hérodote (Historien Grec, v.484-v.425) en fit une description très précise que l’on tint longtemps pour une invention de l’historien, jusqu’à ce que des archéologues modernes découvrent des preuves de l’existence de ces fêtes mémorables. Vers la Basse Époque (656-332), la fête de Bastet était l’une des plus populaires du calendrier Égyptien. En cette occasion, au moment de l'inondation du Nil, la cité de Bubastis ne pouvait être rejointe que par les voies fluviales.
🐱 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈 🐈 💛 💛 💛 💛 💛 💛 💛 🌹 🌹 🌹 🌹 🌹
Ses lieux de cultes principaux
---------------------------------------------------------------
Les lieux de cultes principaux de Bastet furent :
BUBASTIS, l'actuelle Tell Basta dans le Delta, en Égyptien Per-bastet pr bAstt "la maison de Bastet", où un temple lui fut dédié qui selon Hérodote (Historien Grec, v.484-v.425) aurait été, à son époque, le plus beau temple du pays, avec le plus de fidèles. Il était orienté Est-ouest et mesurait près de 200 m de longueur. Il était entouré d'une grande enceinte de briques crues, dont Hérodote laissa une description intéressante. Sur trois de ses côtés un lac en forme de croissant entourait le tout. Aujourd'hui seuls les vestiges d'une salle hypostyle, réduit aux premières assises, sont visibles. Un grand pylône de cinquante mètres de large, donnait sur deux cours successives dont la dernière s'ouvrait sur le grand hall aux colonnes hathoriques (Sculpté à l'image de la Déesse Hathor) de dix mètres de hauteur, érigé par Osorkon II (874-850).
SAQQARAH, non loin du complexe funéraire de Téti I (2321-2291) un culte lui fut dédié à la Basse Époque (656-332) dont la ferveur est attestée par les innombrables ex-voto dédiés à la Déesse chat retrouvés sur place ainsi qu’aux nécropoles d’animaux toutes proches qui abritent encore des milliers de momies félines témoignages des dévots antiques.
🐱 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈 🐈 💛 💛 💛 💛 💛 💛 💛 🌹 🌹 🌹 🌹 🌹 🐱 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈 🐈 💛 💛 💛 💛 💛 💛 💛 🌹 🌹 🌹 🌹 🌹
LE CULTE DE BASTET
Son culte remonte aux premiers jours de la civilisation Égyptienne, mais la Déesse va acquérir une grande notoriété plus tard. Elle est mentionnée dans les Textes des Pyramides et le Livre des Morts. À ses origines, Bastet était la Déesse du culte solaire, mais au fil du temps elle fut de plus en plus celui de la lune. D'abord divinité locale sur son sanctuaire de la ville de Bubastis, le culte de la Déesse se propagea dans tout le pays. À partir de la IIe dynastie (2828-2647), Bastet fut dépeinte comme un chat sauvage du désert, ou comme une lionne, de sorte qu'il pouvait y avoir confusion ou assimilation avec à sa sœur, la Déesse Sekhmet.
******
D'après Hérodote (Historien Grec, v.484-v.425) il était organisé dans la ville de Bubastis de très grandes fêtes au moment de l'Inondation du Nil "Le festival de l'ivresse" où le peuple jouait de la musique, dansait, chantait et s'enivrait. Ces festivités étaient le moyen d'apaiser Bastet afin qu'elle ne se transforme pas en lionne destructrice. Bastet, associée à l’œil de Rê, pouvait agir comme l'instrument de la vengeance du Dieu du soleil. D’après une tombe de la vallée des Reines où elle porte des couteaux pour protéger le fils du Roi, elle aurait aussi enfanté et allaité le Pharaon dont elle serait la Déesse protectrice, mais ne devint une divinité dynastique que lors de la XXIIe dynastie lorsque Bubastis prit le statut de capitale.
🐱 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈 🐈 💛 💛 💛 💛 💛 💛 💛 🌹 🌹 🌹 🌹 🌹
À la Basse Époque (656-332) un culte de la Déesse s'installa à Saqqarah non loin du complexe funéraire de Téti I (2321-2291), dont la ferveur est attestée par les innombrables ex-voto dédiés à la Déesse chat retrouvés sur place. À Saqqarah et à Bubastis des nécropoles ont été mises au jour contenant des milliers de chats momifiés ainsi que des statuettes et amulettes qui prouvent que la Déesse bénéficiait des faveurs des Égyptiens et qu'elle avait une importance nationale bien avant d'être une divinité dynastique. D'autres nécropoles de ce type on été mises au jour également à Tanis, Béni Hassan et Thèbes. Lorsque l'influence de la société Grecque prolongea l'Égypte Pharaonique, Bastet devint définitivement une Déesse lunaire ceux-ci l'identifièrent avec Artémis et les Romains avec Diane. Elle fut aussi identifiée avec l'étoile Sirius de ce fait les Sumériens l'assimilèrent avec Inanna.
Cliquez pour agrandir l'image
Autre représentation de Bastet
Les anciens Égyptiens appelaient "myeu" le chat. Domestiqués ceux-ci vivaient sur le bord du Delta du Nil, à l'origine pour éradiquer les rats qui infestaient les granges. Au fil du temps, il n'y eut plus une seule maison, temple ou bâtiment qui ne posséda au moins un chat. Lorsque l'un de ceux-ci mourait, il est dit que le propriétaire se rasait les sourcils en signe de deuil pour l'animal et le respect de la Déesse.
Le culte de Bastet atteint une propagation telle que le chat en Égypte fut protégé par la loi. Il était interdit de leur faire du mal ou de les exporter à l'extérieur des frontières du royaume. Ceux qui violaient ces dispositions étaient passibles de mort. Bien que les lois interdisaient l'exportation de chats Égyptiens, qui étaient considérés comme des animaux sacrés, les navigateurs Phéniciens les sortirent clandestinement du pays, ce qui en fit des biens de valeur.
🐱 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈 🐈 💛 💛 💛 💛 💛 💛 💛 🌹 🌹 🌹 🌹 🌹 🐱 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈 🐈 💛 💛 💛 💛 💛 💛 💛 🌹 🌹 🌹 🌹 🌹
LÉGENDES ET MYTHES
Une légende raconte que Bastet, mordu par un scorpion, fut guérie de Rê. Les Égyptiens avaient un dicton : "Il ne faut pas caresser le chat Bastet avant d'aborder la lionne Sekhmet". Bastet était en effet communément associée à la Déesse à tête de lionne de Memphis, ainsi qu'à Ouadjet et Hathor. Ce dicton tire ses racines dans la légende de Rê qui, furieux, provoqua une sécheresse. Quand il se fut calmée, il envoya Thot chercher Bastet en Nubie, où la Déesse se cachait sous la forme d'une lionne (Sekhmet).
🐱 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈 🐈 💛 💛 💛 💛 💛 💛 💛 🌹 🌹 🌹 🌹 🌹 🐱 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈 🐈 💛 💛 💛 💛 💛 💛 💛 🌹 🌹 🌹 🌹 🌹
🐱 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈 🐈 💛 💛 💛 💛 💛 💛 💛 🌹 🌹 🌹 🌹 🌹 🐱 🐱 🐱 🐱 🐈 🐈 🐈 🐈 💛 💛 💛 💛 💛 💛 💛 🌹 🌹 🌹 🌹 🌹

Déposé par SESHAT39 le 01/10/2017  


🌹 🌹 🌹 🌹 🌹 😍 😍 😍 👼 👼 👼 🕊 🕊 🕊 🕊 🕊 🕊 💗 💗 💗 💗 💗 🕊 🕊 🕊 🌹 🌹 🌹 🌹 🌹 🌹 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈
La Prière de Sainte Thérèse de Lisieux « Mon Dieu, je Vous offre toutes les actions que je vais faire aujourd'hui » :
« Mon Dieu, je Vous offre toutes les actions que je vais faire aujourd'hui, dans les intentions et pour la gloire du Cœur Sacré de Jésus ; je veux sanctifier les battements de mon cœur, mes pensées et mes œuvres les plus simples en les unissant à ses mérites infinis, et réparer mes fautes en les jetant dans la fournaise de son amour miséricordieux.
Ô mon Dieu ! Je Vous demande pour moi et pour ceux qui me sont chers la grâce d'accomplir parfaitement Votre sainte volonté, d'accepter pour Votre amour les joies et les peines de cette vie passagère afin que nous soyons un jour réunis dans les Cieux pendant toute l'éternité.
Ainsi soit-il. »
Sainte Thérèse de Lisieux (1873-1897)
🌹 🌹 🌹 🌹 🌹 😍 😍 😍 👼 👼 👼 🕊 🕊 🕊 🕊 🕊 🕊 💗 💗 💗 💗 💗 🕊 🕊 🕊 🌹 🌹 🌹 🌹 🌹 🌹 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈 🌈

Déposé par biscuit le 01/10/2017  

LES GENS QUI AIMENT LES CHATS.....
Les gens qui aiment les chats évitent les rapports de force. Ils répugnent à donner des ordres et craignent ceux qui élèvent la voix, qui osent faire des scandales. Ils rêvent d'un monde tranquille et doux où tous vivraient harmonieusement ensemble. Ils voudraient être ce qu'ils sont sans que personne ne leur reproche rien.
Les gens qui aiment les chats sont habiles à fuir les conflits et se défendent fort mal quand on les agresse. Ils préfèrent se taire, quitte à paraître lâches. Ils ont tendance au repli sur soi, à la dévotion. Ils sont fidèles à des rêves d'enfant qu'ils n'osent dire à personne. Ils n'ont pas du tout peur du silence. Ils ne s'arrangent pas trop mal avec le temps qui passe, leur songe intérieur estompe les repères, arrondit les angles des années.
Les gens qui aiment les chats adorent cette indépendance qu'ils ont, car cela garantit leur propre liberté. Ils ne supportent pas les entraves ni pour eux-mêmes ni pour les autres. Ils ont cet orgueil de vouloir être choisis chaque jour par ceux qui les aiment et qui pourraient partir librement, sans porte fermée, sans laisse, sans marchandage. Et rêvent bien sûr que l'amour aille de soi, sans effort, et qu'on ne les quitte jamais. Ils ne veulent pas obtenir les choses par force et voudraient que tout soit donné.
Les gens qui aiment les chats, avec infiniment de respect et de tendresse, auraient envie d'être aimés de la même manière - qu'on les trouve beaux et doux, toujours, qu'on les caresse souvent, qu'on les prenne tels qu'il sont, avec leur paresse, leur égoïsme, et que leur présence soit un cadeau.
Dans le doute de pouvoir obtenir pour eux-mêmes un tel amour, ils le donnent aux chats. Ainsi cela existe. Ça console.
Les gens qui aiment les chats font une confiance parfois excessive à l'intuition. L'instinct prime la réflexion. Ils sont portés vers l'irrationnel, les sciences occultes. Ils mettent au-dessus de tout l'individu et ses dons personnels et sont assez peu enclins à la politique. Les tendances générales, les grands courants, les mouvements d'opinion, les embrasements de foule les laissent aussi circonspects que leur animal devant un plat douteux. Et si leur conviction les pousse à s'engager, une part d'eux-mêmes reste toujours observatrice, prête au repli dans son territoire intime et idéaliste, toujours à la frange, comme leurs compagnons, d'un pacte avec la société et d'un retour vers une vie sauvage dans l'imaginaire.
Les gens qui aiment les chats sont souvent frileux. Ils ont grand besoin d'être consolés. De tout. Ils font semblant d'être adultes et gardent secrètement une envie de ne pas grandir. Ils préservent jalousement leur enfance et s'y réfugient en secret derrière leurs paupières mi-closes, un chat sur les genoux.
« À quoi penses-tu ?
- A rien...
- Tu ne dis rien. Tu es triste ?
- Oh, non !
- Tu es fatigué ?
- Non, je rêve, c'est tout. »
Enfin, j'ai cru remarquer que les gens qui aiment les chats étaient souvent ainsi...
J'aime les chats.
Anny Duperey, Les Chats de hasard.

Déposé par SESHAT39 le 29/09/2017  

🌼 💛 💖 🌹 🌺 🌸 🌻 🌷 💗 💙 💙 💙 💙 💙 💚 💚 💚 💚 🌼 💛 💖 🌹 🌺 🌺 🌺 🌺 🌸 🌸 🌸 🌻 🌻 🌻 🌻 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷
Au Paradis, plus de vieillesse, plus de maladies et de souffrances !!
Que de la Joie, du Bonheur, la Santé et la Jeunesse éternelles !!
🌼 💛 💖 🌹 🌺 🌸 🌻 🌷 💗 💙 💙 💙 💙 💙 💚 💚 💚 💚 🌼 💛 💖 🌹 🌺 🌺 🌺 🌺 🌸 🌸 🌸 🌻 🌻 🌻 🌻 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷 🌷

Déposé par SESHAT39 le 26/09/2017  

Voilà à quoi ressemble l'école au Paradis...
*
Notre école
*
Notre école se trouve au ciel.
Nous nous asseyons prés des anges.
Comme des oiseaux sur les branches.
Nos cahiers d'ailleurs ont des ailes.
*
A midi juste, on y mange,
Avec du vin de tourterelle,
Des gaufres glacées à l'orange
Les assiettes sont en dentelle.
*
Pas de leçon, pas de devoirs
Nous jouons quelque fois, le soir
Au loto avec les étoiles.
*
Jamais nous ne rêvons la nuit
Dans notre petit lit de toile
L'école est notre paradis.
*
Maurice Carême ("le moulin de papier")

Déposé par SESHAT39 le 25/09/2017  

AUTOMNE
🍁 🍁 🍁 🍁 🍂 🍂 🍂 🍃 🍃 🍃 🍃 🌻 🌻 🌻 🍁 🍁 🍁 🌻 🌻 🌻
-dans les forêts dépouillées
déjà les feuilles rouillées
font un tapis de velours
et l'on entend de l'Automne
gémir ce chant monotone
coupé par des sanglots lourds
-les frileuses hirondelles
rasent le sol de coups d'ailes
se rassemblent a grands cris
et tous les oiseaux sauvages
s'appellent sur les plaines et rivages
près des étangs défleuris
-c'est la saison triste et douce
ou l'on rêve,ou sur la mousse
en pleurant ont vient s'asseoir
pour voir le soleil oblique
dans le ciel mélancolique
verser les joyaux du soir
Jean Richepin
🍁 🍁 🍁 🍁 🍂 🍂 🍂 🍃 🍃 🍃 🍃 🌻 🌻 🌻 🍁 🍁 🍁 🌻 🌻 🌻 🍁 🍁 🍁 🍁 🍂 🍂 🍂 🍃 🍃 🍃 🍃 🌻 🌻 🌻 🍁 🍁 🍁 🌻 🌻 🌻


L'Album photo contient 4 photos



Poster un message ou bien Déposer une fleur

Identifiez vous

Pour poster un message ou bien une fleurs, vous devez être un membre inscrit

Vous n'êtes pas connecté

Votre pseudo        Votre mot de passe       
Poster un message
ou bien Déposer une fleur

Joindre un message court avec une fleur :


Validez