En hommage à Ying
Race :EUROPEEN
Il est né le :01/05/2008
Il nous a quitté le :12/01/2016




En hommage à Ying

Mon Ying chéri avait un tas de surnoms : chouchoumi, chachamour, yingoufou, loumitou, foufoumi, mitou, grrrtou, gloumi… et aussi louloutortillon, parce qu'il passait son temps à se tortiller.
Adopté avec sa sœur Yang le 18.02.2012, ils n’avaient pas eu jusque-là une vie très folichonne puisqu’ils avaient été abandonnés 2 fois. Ma mère et moi étions leur 3ème famille, leur famille pour la vie. Une vie devenue très belle, il aura été un chat heureux avant d’être emporté par la maladie.
Merci mon chouchoumi pour tout le bonheur que tu nous as donné. Tu es pour toujours dans nos cœurs.


Merci à toutes et à tous pour vos messages et vos fleurs.
-------------------------
Mon bébé, mon chat, mon amour, tu n'as vécu que 2813 jours dont 1425 passés avec nous, ta mamie et ta maman. J'espère que tu as été aussi heureux avec nous que nous l'avons été avec toi.
Ta maman qui ne pourra jamais t'oublier.
-------------------------
1er janvier 2017, une nouvelle année commence, mais sans toi. Il y a 22 ans aujourd’hui, celui qui aurait été ton papy entrait à l’hôpital et y décédait le 7 janvier. 21 ans plus tard, c’est le jour anniversaire de son enterrement que tu as quitté ce monde. Cruauté du hasard.
Mon beau et tendre matou, s'il existe un paradis des minous, puisses-tu y être heureux comme tu l’as été sur cette terre avec nous.
Maman qui t’aimera toujours.
-------------------------
12 janvier - L’enterrement de celui qui aurait été ton papy est terminé. Quelques-uns de ses collègues sont venus, son ancien patron, des collègues de mamie ; le boucher, avec qui il plaisantait souvent, et son épouse ont fermé boutique pour venir. Il fait froid, la famille nous accompagne à la maison, le temps de parler un peu et de boire une boisson chaude. Il va falloir apprendre à vivre sans lui. C’était il y a 22 ans.
Chez docteure des chats, nous sommes là, à tes côtés, mamie & moi. Il est 15 h 20, ton petit cœur a cessé de battre, ton doux regard s’est éteint. Tes souffrances sont finies. Le temps de te faire nos adieux et nous repartons, la caisse de transport vide, le cœur empli de chagrin. Je n’ai pas envie de rentrer tout de suite, pas envie de retrouver ta sœur, on va boire un café. Il va falloir apprendre à vivre sans toi. C’était il y a 1 an.


1607 Fleurs

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire

Déposé par superfetatoire
Déposé par superfetatoire


47 messages


Déposé par biscuit le 13/08/2017  

L'amitié, Les amis(es),comme les étoiles,on ne les voit pas mais ils sont toujours là.Merci pour mon Réglisse et mes autres compagnons

Déposé par fifi le 20/05/2017  

Repose en paix ying comme toi mon Ratine est parti rejoindre le monde d'en haut et lui aussi portait un tas de surnoms qu'il reconnaissait tous ,alors chouchoumi, chachamour, yingoufou ...si tu le recontre mon minouchat, mon chatounet totoche.....dis lui que je le pleure encore gros calins à toi

Déposé par GHETGHET le 02/03/2017  

L'ESSENTIEL RESTERA
Oui, nos mains vont disparaître...
Mais nos poignées de mains, mais nos signes de bonjour, nos gestes d’adieu, nos câlins et nos caresses, l'étreinte de nos bras...
nous n’allons jamais les oublier.
Oui, nos pieds vont disparaître...
Mais la foulée de nos promenades, l’élan de nos courses, le saut de nos jeux, le pas de nos danses et de nos rendez-vous...
nous n’allons jamais les oublier.
Oui, nos visages vont disparaître, et nos oreilles, et nos lèvres et nos yeux...
Mais nos sourires, nos paroles, nos éclats de rires, nos écoutes,
nos secrets échangés, notre complicité,
nos regards, nos baisers...
nous n’allons jamais les enterrer.
Tout ce que nous avons été l'un pour l'autre, tout ce que nous avons vécu ensemble, tout ces moments partagés resteront à jamais dans nos Cœurs ,L'essentiel restera a l'infini
Soit en PAIX et AMOURS a l'infini
GABRIEL RINGLET

Déposé par mistigri13 le 12/01/2017  

Ne sois pas triste, je suis toujours à tes côtés. Mon corps est parti, mais mon âme est là tout près de toi.
Je t'envoie la brise de mon âme pour que tu continues à penser à moi et pour te montrer que où que je sois je continue à t'aimer.

Déposé par KEKER le 11/01/2017  

LES DATES ANNIVERSAIRES
***********************
J'ai un profond respect des dates anniversaires
Ces portes que le Temps dispose autour de nous
Pour ouvrir un instant nos coeurs à ses mystères
Et permettre au passé de voyager vers nous.
***
Je suis toujours surpris par les coïncidences
Qui nous font un clin d'oeil du fond de leur mémoire
En posant des bonheurs sur les journées d'absence
Et nous laissent à penser que rien n'est un hasard
***
Peut-être est-ce un moyen lorsqu'ils se manifestent
Pour ceux qui sont partis dans un autre univers
De nous tendre la main par l'amour qui nous reste
Pour nous aider parfois à franchir des frontières
***
Est-ce nous qui pouvons au travers de l'espace
Influencer ainsi la course des années
Ou serait-ce un lambeau de leur chagrin qui passe
En déposant des fleurs sur le calendrier
***
Il existe en tous cas dans les anniversaires
Une part de magie qui fait surgir d'ailleurs
Les visages ou les mots de ceux qui nous sont chers
Des êtres qui nous manquent et dorment dans nos cœurs
***
Ils sont là quelque part pour un instant fugace
Et dans les joies souvent qu'ils partagent avec nous
Se rendorment certains que rien n'a pris leur place
Et que leur souvenir nous est resté très doux
***
Sans amour notre vie n'est plus qu'un long voyage
Un train qui nous emporte à travers les années
Mais celui qui regarde un peu le paysage
Ouvre déjà son coeur pour une éternité
***
Au delà des paroles et de la bienveillance
Il existe des voies difficiles à cerner
Faites de souvenirs, d'amour et de silence
Et que bien des savants vous diront ignorer
***
Elles sont un privilège au coeur de la souffrance
Un baume pour les jours qu'on ne peut oublier
Qui pourraient avoir l'air d'être sans importance
Mais qui soignent des plaies difficiles à fermer
***
J'ai un profond respect des dates anniversaires
Ces portes que le Temps dispose autour de nous
Pour ouvrir quelquefois nos coeurs à ses mystères
Et permettre au passé de voyager vers nous
***
Pour ouvrir quelquefois nos coeurs à ses mystères
Et permettre au présent de nous sembler plus doux.
***
(Yves Duteil)
-------------

Déposé par GHETGHET le 06/11/2016  

Ce que je sais
Ce que je sais
c’est que la mort ne détruit pas l’amour
que l’on portait à ceux qui ne sont plus … Je le sais parce que,
tous les jours, je vis avec les miens…
Ce que je sais aussi,
c’est que la vie doit avoir un sens
Ce que je sais encore,
c’est que l’amour, le bien, la fidélité
et l’espoir triomphent finalement toujours
du mal, de la mort, et de la barbarie.
Tout cela, je le sais, je le crois …
Martin Gray

Déposé par GHETGHET le 19/10/2016  

Assis sur les genoux du temps,
Mon chat,immobile et patients,
Fait semblant d’être un sablier,
J’entends ses moustaches crisser.
Les meules, dans les champs, sont de grandes horloges
Qui tictaquent de sauterelles.
Les chaumes marquent midi
Et boivent à la paille
Des giclées de soleils.
Les martinets fouettent le ciel,
Mais ça ne le fait guère
Avancer pour autant !
Les serpents, minutes lentes,
Glissent dans les roselières.
Tout près de mon étang secrets,
Poussent de grandes sarbacanes
Qui lancent vers le ciel
Des flèches de lumières
A contre-courants,
Que seul mon chat discrets comprend.
(Christian Poslaniec)

Déposé par GHETGHET le 01/10/2016  

La vie du chat contient une époque, concentre une parcelle de notre vie, elle est une sorte de mesure du temps et une mémoire, elle contient une expérience commune, un morceau de notre histoire, une parcelle de notre temps perdu. Quand le chat mourra, ce sera comme la fin d'un temps, la fin d'une période. L'extinction d'une partie de nous-mêmes avec l'extinction du chat.
Karine Miermont

Déposé par GHETGHET le 16/09/2016  

Je suis seul
Pourquoi suis-je si seul, mon chat,
Si seul lorsque tu n'es pas là ?
Tu ne fais pourtant aucun bruit.
Tu dors, fermé comme la nuit.
Tu ne tiens guère plus de place
Que mon plus gros livre de classe.
Et qui croirait que tu respires
Bercé comme un petit navire ?
Alors pourquoi, pourquoi, mon chat,
Suis-je tout autre quand je vois,
Sur mon papier blanc, le soleil
Tailler l'ombre de tes oreilles ?
( Maurice Carême )

Déposé par GHETGHET le 12/09/2016  

l'AMIS LE CHATS
celui qui te connais par ta voix , par ton pas ,
celui qui vient en passent te parler de ces chasse et de ces nuit de prince errant ,
celui qui donne sans demander ,
celui qui par sans dire adieu ,
l'amis ,
le chats
( Luce Guillaud )

Déposé par GHETGHET le 05/08/2016  

YING
en ton ETRE , en ton AME , tu donne pleins d'AMOURS ,
ton AMOURS es LUMIERES ,
ton AME es LUMIERES ,
ton départ assombrie la vue ,
la vue de ton physique ,
ne te vois ,
un ressenties ,
un ressenties de ton AMOURS en ton AME qui es infini ,
une AME es infiniment vivantes ,
la PAIX es en ton AME pleins d'AMOURS ,
de ton AME d'AMOURS et de LUMIERES ,
ton AME es lié aux AME qui t'AIME avec un AMOURS de plénitudes ,
en expansions ,
l'univers es infini ,
en expansions ,
laissent place aux AMOURS infini ,
aux LUMIERES ,
les moments sont a l'infini ,
rien n'es fini ,
vos rencontres ,
que vos AME se rencontres avec AMOURS a l'infini ,
a chaque instants ,
tu es l'AMOURS de s'eux qui t'AIME ,
leur plénitudes ,
l'ami(e) qui a acquis leur AME ,
ton AME leur a séduit d'AMOURS ,
de ta Bonté ,
de respects ,
tu es ,
vous êtes ,
a l'infini lié d'AMOURS ,
ils t'AIME a l'infini de tous leur AME
PAPA-GHETGHET

Déposé par GHETGHET le 31/07/2016  

Je clame
Que la vie est indestructible Malgré la mort.
Que l’autre est un frère
Que l’espoir est un vent vif qui doit balayer le désespoir avant d’être un ennemi.
Qu’il ne faut jamais désespérer de soi-même et du monde.
Que les forces qui sont en nous,
les forces qui peuvent nous soulever, sont immenses.
Qu’il faut parler d’amour
et non les mots de la tempête et du désordre.
Que la vie commence aujourd’hui et chaque jour
et qu’elle est l’espoir.
Martin Gray

Déposé par GHETGHET le 22/07/2016  

Je me suis simplement glissé dans une autre dimension...
La mort n'est rien.
Je suis MOI et tu es TOI.
Tout ce que nous avons été l'un pour l'autre, nous le sommes toujours!
Appelle-moi par mon nom familier,
Parle-moi comme tu l'as déjà fait.
Que le ton de ta voix ne soit pas différent!
Ne prends pas un air solennel ou chagrin.
Ris, comme tu as toujours ri.
Amuse-toi des petites plaisanteries que nous aimions.
Joue, souris, pense à moi et prie pour moi !
Que mon nom continue à être prononcé dans la maison,
sans ombre de tristesse.
Que la vie soit ce qu'elle a été.
Il n'y a qu'une invincible continuité.
Pourquoi serais-je hors de vos esprits parce que
je suis loin de votre regard?
Je vous attends, pour un intervalle, quelque part, très près d'ici.
Tout est bien.
Cannon Scott Holland

Déposé par GHETGHET le 15/07/2016  

Toi que j’avais besoin
D’embrasser,
De toucher, de regarder,
Toi qui t’en es allé,
Dont le souvenir
Est si vivant en moi,
Toi qui as disparu
De ma vie quotidienne,
De mes allées et venues,
Je sais que tu es là,
Je sais que ton absence
Provoque ma présence,
Non pas à de vains souvenirs,
Mais à une autre façon
D’être présent à toi,
D’être aimé de toi,
Non pas comme une fleur fanée,
Mais comme une fleur
Dont, un jour, le parfum
Te retrouvera.
Père André-Marie

Déposé par GHETGHET le 01/07/2016  

Je t'aime encore si fort que ta vie est en moi.
Ton horizon est différent mais mon amour est là, vivant,
Tes souvenirs me réchauffent de toi
Ils sont comme l'ombre, preuve de lumière
Si les larmes parfois viennent arroser mon coeur
C'est que, jardin fleuri,
il embaume encore de ta présence silencieuse.
Si parfois ma souffrance veut prendre le dessus,
c'est preuve que je t'aime et que
rien ne pourra t'arracher de ma vie
Père André Marie

Déposé par GHETGHET le 26/06/2016  

Toi la présence dans l'absence
Toi la parole dans le silence
Je ne te trouve nulle part
Nulle part ailleurs... que partout
Tu es la saveur et le sens
De ce qui jamais ne finit
Dans les moments de soif intense
Tu m'as abreuvé d'infini
Mon bonheur d'être, ma source vive
Le beau poème de mes jours
Je te rejoins sur l'autre rive
Là où patiente ton amour
Je t'ai rêvé de part en part
Dans des instants de rien du tout
Je ne te trouve nulle part
Nulle part ailleurs... que partout
Tu donnes sens à mon existence
Je ne peux oublier ce jour
Où frôlée d'un amour immense
Je t'ai senti là tout autour
Comme le doux murmure du vent
Fredonne une chanson de ciel
Rien ne sera plus comme avant
Je ne vis plus que d'essentiel
Mon bonheur d'être, ma source vive
Le baume à mes peines d'avant
Tu ensoleilles ce qui m'arrive
Autour de moi et au-dedans
Je t'ai rêvé de part en part
Dans des instants de rien du tout
Je ne te trouve nulle part
Nulle part ailleurs... que partout
Longtemps c'est vrai je t'ai cherché
Sans voir que tu étais toujours
Tout près de moi à peine caché
Dans les recoins de mon amour.
Toi la présence dans l'absence
Toi la parole dans le silence
Je ne te trouve nulle part
Nulle part ailleurs... que partout.
Fabienne Marsaudon

Déposé par GHETGHET le 24/06/2016  

Tu es parti en emportant une part essentielle de moi-même
Que vais-je faire maintenant de nos projets de nos je t'aimes
Et tu me vois,perdu,errant là,au milieu des chrysanthèmes
Tu es parti en emportant une part essentielle de moi-même.
Il y aura toujours une lampe qui brilles
Il y aura toujours une lampe allumée
Tu es parti en emportant l'essentiels de mon existence
Que vais-je faire maintenant de ces journées sans importance
Je n'ai plus rien que seulement une présence dans l'absence
Tu es parti en emportant l'essentiels de mon existences
Tu es parti en me laissant bien plus qu'une immense blessure
Que vais-je faire maintenant de toutes mes journées si dures
Mais tu me pousses je le sens à inventer ma vie future
Pour aller encore de l'avants je ferai de mon mieux,je te l'assures
de Jean-Claude GIANADDA

Déposé par GHETGHET le 12/06/2016  

Tant de belles choses
Même s’il me faut lâcher ta main
Penses-y quand tu t’endors
L’amour est plus fort que la mort
Sans pouvoir te dire « à demain »
Rien ne défera jamais nos liens
Même s’il me faut aller plus loin
Couper des ponts, changer de train
L’amour est plus fort que le chagrin
L’amour qui fait battre nos cœurs
Va sublimer cette douleur
Transformer le plomb en or
Tu as tant de belles choses à vivre encore
Tu verras au bout du tunnel
Se dessiner un arc-en-ciel
Et refleurir les lilas
Tu as tant de belles choses devant toi
Même si je veille d’une autre rive
Quoi que tu fasses, quoi qu’il t’arrive
Je serai avec toi comme autrefois
Même si tu pars à la dérive
L’état de grâce, les forces vives
Reviendront plus vite que tu ne crois
Dans l’espace qui lie ciel et terre
Se cache le plus grand des mystères
Comme la brume voilant l’aurore
Il y a tant de belles choses que tu ignores
La foi qui abat les montagnes
La source blanche dans ton âme
Penses-y quand tu t’endors
L’amour est plus fort que la mort
Dans le temps qui lie ciel et terre
Se cache les plus beau des mystères
Françoise Hardy

Déposé par GHETGHET le 10/06/2016  

L’envol des anges
L’ombre est bleu et la nuit palpite d’ors tremblants
Dans l’azur, on croit voir flotter des voiles blancs
Qui frémissent au souffle onduleux du mystère.
Les longs voiles traînants des anges de la terre
Qui montent vers les cieux, sans fin, sans bruit, en une
Ascension dont l’essor tremble au clair de lune.
N’entends-tu pas dans l’infini, battre leurs ailes ?
Les étoiles, au chant des sphères éternelles,
Palpitent dans le vent de ces ailes rythmées,
Qui lentement, parmi les ombres embaumées,
Et le soleil immense et bleu de toutes choses,
Eventent le silence et font pâmer les roses.
Fernand Gregh

Déposé par GHETGHET le 08/06/2016  

OU ES-TU ?
« Où es-tu, petit ange, où es-tu?
On aurait bien voulu,
À force d’amour,
t’empêcher de partir,
mais le monde est trop lourd,
petit ange léger,
Et n’a pas su te retenir.
Où faut-il te chercher, maintenant ?
Sous les gouttes de rosée? Sur les ailes du vent?
Qui saura nous le dire?
» Maman, »
Là où je suis, je ne crains rien.
J’ai les yeux pleins d’étoiles blondes,
J’ai l’âme vaste comme le monde.
Là où je suis, la joie est sans mélange.
Ne me cherchez pas, je suis dans chaque chose…
sur les ailes d’un ange,
dans la rosée, dans le vent,
dans le cœur d’une rose,
Dans le cœur de mes parents.
Ne me cherchez pas, je suis partout,
Je suis avec vous, je suis chez moi. »
Albert Gui

Déposé par GHETGHET le 05/06/2016  

A UN CHAT
Non moins furtif que l'aube aventurière,
Non moins silencieux que le miroir,
Tu passes et je pense apercevoir
Sous la lune équivoque une panthère.
Par quelque obscur et souverain décret
Nous te cherchons. Nous voulons, fauve étrange
Plus lointain qu'un couchant ou que le Gange,
Forcer ta solitude et ton secret.
Ton dos veut bien prolonger ma caresse;
Il est écrit dans ton éternité
Que s'accordent à ta frileuse paresse
Ma main et son amour inquiété,
Ton temps échappe à la mesure humaine.
Clos comme un rêve est ton domaine.
JOSE LUIS BORGES

Déposé par GHETGHET le 31/05/2016  

a nos êtres cher qu'on surnomme animal !
vous que on appel animaux ou animal vous êtes par-dessus tous des êtres d'amours qui rayonne en vous une merveilleuse lumière unique a chaque 'un d'entre vous !
vous qu'on surnomme animal qui a pas de paroles comme celle de l'êtres humains qui es autre que nous vous savez parlez mieux que nous mais seulement à ceux qui savent écouter !
vous qu'on surnomme animal qui a une vie bien plus courte malheureusement que la notre vous nous rendez nos vies bien complètes avec beaucoup d'amours et de bontés !
vous qu'on surnomme animal vous remplissez nos vie avec plein d'amours pure et gratitudes le vide que nous ne savions même pas que nous avions !
vous qu'on surnomme animal vous avez une fidélités pure et sincères avec gratitudes vous nous abandonnez que pour mourir, mais vous nous laissez beaucoup d'amours avec vos merveilleux souvenirs en éclaircissent le reste de nos chemins !
vous qu'on surnomme animal vous mériter bien plus de respects car la créations de la vie et de la nature vous a créer pas pour la décorations de notre belle terre nature !
vous qu'on surnomme animal nous vous devons beaucoup de respects en vivent en harmonies avec vous et notre belle natures !
vous qu'on surnomme animal nous vous demandons pardon pour toutes la place et le désordres que nous faisons dan notre belle terre natures qui es autan la votre !
vous qu'on surnomme animal nous vous demandons de nous apprendre comment vivre en harmonies avec notre belle natures !
vous qu'on surnomme animal sans vous nous sommes désorienter et inexistant sur notre belle terre natures !
vous qu'on surnomme animal sans vous il n'aurais pas de vie sur notre belle terre natures vous estes tous autant que nous des êtres avec une âme !
vous qu'on surnomme animal vous êtes pas différant de nous dan vos âmes vous êtes des êtres de notre belle terre natures !
vous qu'on surnomme animal vous êtes des êtres qui se surpasse des pensées humaines vous êtes des êtres source et soutien de tous êtres !
vous qu'on surnomme animal nous vous adorons avec respects car vous êtes des êtres de vie avec beaucoup d'amours !
vous qu'on surnomme animal nous vous disons merci pour toutes l'amoure que vous rependez sur notre belle terre natures !
vous qu'on surnomme animal je vous es écris avec amours de la part de mon GHETGHET que j'AIME qui es un animal d'êtres d'amours tous comme vous es qui es parti rejoindre les êtres d'amours ,les archanges ,les anges , les êtres de lumières le 25 MARS 2016

Déposé par SOCRATE le 17/05/2016  

Après la pluie, le beau temps...C'est la Comtesse de Ségur qui nous l'a écrit. Mais la vie n'est pas un conte et les éclaircies semblent de trop courte durée. La vie est un éternel recommencement, se succèdent joies et peines, l'espoir peut renaître et se briser en mille morceaux car il est fragile et il faut sans cesse le reconstruire. Comme vous, je sombre souvent mais l'espoir est comme l'amour, il renaît. C'est juste moi qui vous le dis et je ne suis pas un écrivain célèbre alors je me permets de faire appel à Christophe André.
"Il faut accepter une fois pour toutes l'idée que nous sommes des intermittents du bonheur, de la joie, de l'amour, et que c'est absolument normal. C'est pourquoi il faut s'attacher à les faire renaître régulièrement dans nos vies."

Déposé par Mariechats le 12/05/2016  

Aujourd'hui, beau Ying, cela fait 4 mois que la maladie t'a emporté, mais je pense que tu es au paradis des minous et que tu attends bien patiemment de revoir ta maman un jour.
La séparation est douloureuse, la maladie semble injuste, la décision d'écourter la vie d'un minou que l'on aime pour le soulager fait mal.
Mais tout l'amour vécu, donné, reçu ne disparaît pas car il y a un après.
Attends beau Ying,attends, patience, le fil de l'amour n'est pas coupé, il est invisible mais un jour, il conduira celle qui t'aime et à qui tu manques énormément vers toi.
Attends....

Déposé par lepapou le 03/05/2016  

“ Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des absents, dans la mémoire des vivants. ” (Jean d'Ormesson)
Douces caresses à Ying.

Déposé par superfetatoire le 02/05/2016  

Mon grand loup, mon choumi, mon chamour, mon loulou chéri,
Ton petit cœur était si usé que tu t’en es allé bien vite allé.
Pendant les quelques heures où tu es revenu à la maison,
Tu t’éteignais doucement, la vie quittait ton petit corps meurtri.
Pendant ces quelques heures, tu as retrouvé ta maison, ton confort,
Ces odeurs familières qui te disaient que tu étais chez toi.
Tu étais si malade, si fatigué que tu n’as pas ronronné.
Je suis restée à tes côtés une partie de la nuit,
Pour profiter de ta présence et te caresser encore.
Je ne voulais pas te laisser seul face à la mort qui rôdait,
J’avais peur que tu meurs, seul, pendant cette nuit.
Peur de n’être pas près de toi si tu avais dû nous quitter cette nuit-là.
J’ai espéré que ton petit cœur cesse de battre dans ton sommeil,
J’espérais ne pas devoir t’emmener chez docteure des chats,
J’espérais ne pas avoir à t’y accompagner pour ça.
J’espérais tant de choses à la fois,
Que cesse enfin ta souffrance et ta lente agonie,
Que cesse notre souffrance de vivre ces heures sans espoir,
Qu’un miracle arrive, aussi, et que tu sois guéri.
Mon mitou chéri, j’espère que tu n’as pas compris
Pourquoi ce jour-là tu allais chez docteure des chats.
J’espère que tu nous as pardonnées d’avoir fait ça,
J’espère que tu sais que nous n’avions pas d’autre choix.
Je suis anéantie par le chagrin de t’avoir perdu,
Toi mon si beau, si doux, si tendre matou.
Jamais plus tu ne ronronneras,
Jamais plus tu ne mangeras ces bonnes choses que tu aimais,
Jamais plus tu ne sauteras sur mes genoux,
Jamais plus tu ne glisseras ta douce patte dans ma main,
Jamais plus tu ne boiras dans la baignoire,
Jamais plus tu ne profiteras de ton jardin,
Jamais plus tu ne seras heureux, toi qui l’étais tant.
Je pleure de t’avoir perdu,
Je pleure car tu aurais dû être heureux encore et encore.
Mon pauvre matou, tu étais bien trop jeune pour quitter ce monde.
Mon mitou, j’ai mal de penser à tout ce que tu ne vivras pas.
Pyélonéphrite, tel est le nom du mal qui t’a emporté,
Mais jamais nous ne saurons comment c’est arrivé.
Mon chouchoumi, mon beau et grand matou adoré,
Il ne reste plus de toi que des cendres dans une urne.
Même si ton bonheur a été de courte durée,
J’espère que d’où tu es, tu peux dire « j’en ai bien profité ».
Je t'aime, mon mitou.

Déposé par KEKER le 01/05/2016  

Si tu prends la peine d'écouter dans le courant d'air de la maison, tu peux entendre ma voix qui te dit : « Ne sois pas triste, ne pleure plus mon départ, où je me trouve maintenant, je suis bien ».
Entouré de l'amour de ceux qui m'ont précédé, je ne souffre plus, mon corps me laisse enfin le repos tant demandé, fini le tourment Je me repose sans douleur, sans contrainte.
Je te quitte, mais je reste dans ta mémoire, pense à moi souvent, mais ne soit pas attristée par mon absence, je serai partout avec toi, dans les moments de peine, comme dans les moments de joie.
Dans les villes, dans les forêts et dans les plaines, chaque fois que le vent des contraintes de la vie te couvrira, tends les bras vers le ciel, je t'envelopperai de mes ailes pour te réchauffer de mon amour et chasser tous tes tracas.

Déposé par SOCRATE le 13/04/2016  

Fleur aux pétales d'or
Répands ta magie
Inverse le temps
Rends moi ce qu'il m'a pris
Guéris les blessures
Éloigne la pluie
Ce destin impur
Rends-moi ce qu'il m'a pris
Ce qu'il m'a pris
L'Incantation De La Guérison par Raiponce / Walt Disney

Déposé par superfetatoire le 12/04/2016  

Voilà 3 mois que tu t’en es allé, c’était il y a longtemps, c’était hier, c’était à l’instant qui vient de passer.
Le printemps est là, le soleil revient, les fleurs s’ouvrent dans le jardin, les mésanges chantent, posées sur les branches du grand rosier. Les arbres et les feuillages s’étoffent, dispensant, de ci de là, un peu d’ombre. Ce printemps, comme ceux qui suivront, tu n’en profiteras pas. Tu n’observeras plus les oiseaux, tu ne respireras plus le doux parfum des fleurs, tu ne te cacheras plus dans les herbes pour surgir et me surprendre au détour de l’allée. Tu ne mangeras plus dehors comme tu aimais le faire quand il faisait beau, ta gamelle posée dans l’herbe, comme pour un pique-nique. Tu ne lècheras plus l’herbe humide par la rosée du matin. Tu ne viendras plus dans le jardin cueillir avec moi le muguet, fleur du 1er mai, jour de ta naissance.
Tu avais encore tant d’années de bonheur devant toi, tant de choses à vivre. J’imaginais quel bonheur ce serait d’être enfin à la retraite pour passer tout mon temps avec toi. Tout ce bonheur à venir, et à jamais envolé. Ton adoption était emplie de promesses, pour toi comme pour moi, la vie ne les a pas tenues.
Tu ne feras plus rien de ce que tu aimais tant, de ces petits bonheurs qui te rendaient heureux. Le soleil n’entrera jamais plus dans tes grands yeux dorés, sa chaleur ne réchauffera jamais plus ton si beau et si doux pelage. La maladie a gagné la partie, elle a été la plus forte, je n’ai pu qu’avancer un peu l’heure de ton départ pour t’éviter de souffrir. Ton petit corps n’en pouvait plus, ton petit cœur s’affaiblissait et n’aurait pas tenu longtemps encore. Il m’a fallu être forte, prendre la bonne décision pour toi, par amour pour toi.
Le bonheur se conjugue au passé, le chagrin se conjugue au présent, mais le souvenir du merveilleux chat que tu étais est pour toujours gravé dans mon cœur. Ta maman qui ne cessera jamais de t’aimer.

Déposé par elise2512 le 13/03/2016  

Le Chat
Viens, mon beau chat, sur mon coeur amoureux;
Retiens les griffes de ta patte,
Et laisse moi plonger dans tes beaux yeux,
Mêlés de métal et d'agate.
Lorsque mes doigts caressent à loisir
Ta tête et ton dos élastique,
Et que ma main s'enivre du plaisir
De palper ton corps électrique,
Je vois ma femme en esprit. Son regard,
Comme le tien, aimable bête
Profond et froid, coupe et fend comme un dard,
Et des pieds jusques à la tête,
Un air subtil, un dangereux parfum,
Nagent autour de son corps brun.
(Baudelaire, Les Fleurs du mal)

Déposé par SOCRATE le 11/03/2016  

Le présent est une prison sans barreaux, un filet invisible, sans odeur et sans masse, qui nous enveloppe de partout. Il n'a ni apparence ni existence, et nous n'en sortons jamais. Aucun corps, jamais, n'a vécu ailleurs que dans le présent, aucun esprit, jamais,n'a rien pensé qu'au présent. C'est dans le présent que nous nous souvenons du passé, c'est dans le présent que nous nous projetons dans l'avenir. Le présent change tout le temps et il ne cesse jamais d'être là. Et nous en sommes prisonniers.
C’est une chose étrange à la fin que le monde Jean d' Ormesson

Déposé par superfetatoire le 18/02/2016  

Mon chouchoumi,
Il y a 4 ans aujourd'hui, nous venions de vous adopter, ta soeur et toi. Quel jour merveilleux que ce jour-là. Vous avez pris immédiatement vos marques, surtout toi, et vous m'avez tant aidée à surmonter le chagrin causé par la mort de ma Nénette, une semaine plus tôt.
Aujourd'hui devrait être un jour de fête, mais ne le sera pas car tu n'es plus là. Cela restera juste un souvenir, celui du jour où tu es entré dans ma vie, dans mon coeur.
Comme il est douloureux de parler de toi au passé, mon mitou.
Comme il est douloureux de ne pouvoir que se souvenir de toi, de ta joie de vivre car tu étais heureux et tu nous le montrais à chaque instant.
La maladie t'a emporté si vite, sans prévenir, alors que tu avais encore tant et tant de belles années à vivre.
Tu étais un bonheur de chaque instant, jamais nous n'avons regretté de t'avoir adopté, toi pour qui j'avais eu le coup de foudre. Si c'était à refaire, même en sachant quand et comment se finirait l'histoire, je n'hésiterais pas un instant, je le referais.
Mon coeur est en miettes, la blessure est profonde, mais ce bout de chemin que nous avons parcouru ensemble a été un enchantement. Que je sois dans le chagrin maintenant n'a pas d'importance, l'important est que tu as été un chat heureux.
Nous ne ferons jamais plus de câlins, mais je garderai toujours le souvenir des temps heureux, tous ces moments merveilleux à tes côtés.
Le temps, je le sais, apaisera mon chagrin, mais ne t'effacera jamais de mes pensées et de mon coeur.
Ta maman qui t'aime plus que tout.

Déposé par biscuit le 30/01/2016  

Tant d'amitiés donnés
Tant d'amitiés trahies
Tant d'amours espérés
Tant d'amours enfuis
Tant de familles aimées
Tant de familles ennemies
Et ce petit être aux grands yeux noirs
Qui vous a tant chéri
Vous redonnant l'espoir
Vous donnant toute sa vie
Tant d'amitiés donnée
Tant d'amitié si belle
Tant d'amour espéré
Tant d'amour fidèle
Tant de coeurs aimés
Tant de coeurs étincellent
Sur ce site étoilé où marchent nos compagnons
Sur ce site constellé où brille la compassion
Fréres humains souffrant
Fréres humains pleurant
Nos chats nous aimaient tant
Et nous réconcilient

Déposé par biscuit le 25/01/2016  

PARCE QUE…
Pour tous les bêtes qui cherche un Maître…Et un ami.
Parce que l’oiseau blessée
A qui j’ai donné asile dans mes mains
Et revenu souvent, chanter sous ma fenêtre,
Et que le chien perdu, affamer de tendresse
Et venu contre moi, confier sa tendresse,
L’échant la main surprise, qui donna la caresse.
Parce que le petit chat, jeté tel un jouet,
Qui n’intéresser plus, les enfants trop gâtés
Ma criée son immense peine,
De découvrir les hommes laids.
Je sens monter en moi,
Cet élan de tendresse envers les animaux,
Qui souffrent et qui sans cessent,
Quémandeur du regret de tristesse.
L’attention d’un ami, rencontré au hasard
D’un coin gris de leurs vies…
Pour vous qui lisez, il n’est pas trop tard,
Pour aimer, adopter, soigner et rendre libre
Un animal perdu, croisant votre chemin…
Il attend de vous, tendez-lui la main,
Vous lui dites « amitié », il vous répond « sans cesse » !
Un amour donner ?
Voilà mille tendresses.
Donnez,
Vous recevrez un trésor de caresse

Déposé par elise2512 le 24/01/2016  

"Il suffit de croiser regard avec celui d'un chat pour mesurer la profondeur des énigmes que chaque paillette de ses yeux pose aux braves humains que nous sommes."
(Jacques Laurent)

Déposé par biscuit le 22/01/2016  

Oh! ma maîtresse ,
Comme tu m'as aimé,
Je ne sais comment te remercier,
De m'avoir dorloté,
De m'avoir tant choyé.
Merci pour ta tendresse
Ton amour et ta gentillesse,
Ma vie auprès de toi
A été une merveille , merci!
Merci de ne pas m'avoir laissé souffrir
Il n'y avait plus de solution pour me guérir,
J'aurais voulu rester près de toi
Ne pas te causer de peine,
En te laissant seule dans la détresse.
De là où je suis, je te vois
Sur toi je veille...
Encore MERCI...
Ma maitresse, ma maman ,mon amie,
Je t'aime et jamais, O grand jamais,
Je ne t'oublierai.

Déposé par biscuit le 21/01/2016  

Regard de chat
Dans l’eau pure d’un lac profond
C’est tout le soleil qui se mire,
Une énigme tombée au fond
D’un puits secret qui vous attire…
Passablement reflet sorcier
D’une lune mystérieuse,
Se faisant parfois messager
De méditation nébuleuse.
Deux prunelles et deux bijoux
Descendus d’une autre planète
Où, grand jamais, pauvres de nous
N’aurons accès, je le regrette.
C’est là leur pouvoir et beauté
Ainsi qu’étrange phénomène,
Un regard de tous, convoité,
Cadeau d’une étoile lointaine

Déposé par biscuit le 20/01/2016  


pour toi mon petit chat adorè,
Avec toi je n'ai pas peur d'être ce que je suis,
Avec toi je n'ai pas peur de ce que je te confis,
Je me sens juste vivre,
Je me sens juste sourire...
Je n'ai peut-être pas des ailes dans le dos,
Je n'ai peut-être pas l'allure d'un oiseau,
Mais je t'ai toi,
Et c'est tellement plus que tout ça...
Tant que tu seras à mes côtés à veiller sur moi,
Je n'aurais pas peur d'affronter la réalité,
Car tu es celui qui est le plus important a mes yeux,
Car tu es celui qui nous à tant apporté
Juste un dernier vers,
Pour te dire qu'à travers,
Toi,
Je me sens moi...,

Déposé par SOCRATE le 19/01/2016  

"Tout autre est le chat. Son indépendance vis-à-vis de son maître, sa présence affectueuse mais intermittente, ses disparitions énigmatiques suivies de réapparitions mystérieuses, la faculté qu'il a de pouvoir marcher parmi les livres et les encriers sans rien déranger, tout cela en fait le compagnon idéal de l'écrivain. Baudelaire l'a écrit mieux que personne."
Extrait de "Célébrations" Michel Tournier - 1924. auteur décédé le 18.01.2016

Déposé par biscuit le 19/01/2016  

Pour toi trésor.
Le cœur brisé je suis partie.
A la maison je t’ai cherchée.
Au jardin j’ai cru apercevoir ton ombre
mais c’était la mienne.
Le temps qui m’a paru si court avec toi à mes côtés
S’étire, n’en finit pas
et pourtant c’est déjà demain
comment ais je survécu à cette nuit sans toi ?
Je te cherche,
tu es là sur le tapis.
Mais non
ce sont mes larmes qui brouillent ma vue.
Des jours,des mois ont passé...
Le vent dans les rideaux
Un bruit comme des pattes sur le parquet,
non le chagrin ne m’a pas rendu folle.
Tu es là
tout prés
dans mon cœur
à l’abri
mon chat, mon ange…

Déposé par biscuit le 17/01/2016  


Puisque l'ombre gagne
Puisqu'il n'est pas de montagne
Au-delà des vents plus haute que les marches de l'oubli
Puisqu'il faut apprendre
A défaut de le comprendre
A rêver nos désirs et vivre des "ainsi-soit-il"
Puisque tu pars
Que les vents te mènent où d'autres âmes plus belles
Sauront t'aimer mieux que nous puisque
L'on ne peut t'aimer plus
Sache qu'ici reste de toi comme une empreinte Indélébile
Sans drame, sans larme
Pauvres et dérisoires armes
Parce qu'il est des douleurs qui ne pleurent qu'à l'intérieur
Puisque ta maison
Aujourd'hui c'est l'horizon
Dans ton histoire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Puisque tu pars

Déposé par biscuit le 16/01/2016  

Pour toi mon chat
Je garderai ton odeur
tout au fond de mon cœur
Je garderai le souvenir de tes fêtes
tout au fond de ma tête
Je garderai ces moments en or
tout au fond d'un trésor
Je garderai ta joie de vivre
tout au fond d'un livre
Je garderai ta gourmandise
tout au fond d'une valise
Je garderai ton collier
tout au fond de mes pensées
Je garderai tout ce qui te plais
tout au fond d'un secret
Je garderai ton amour
tout au fond d'une tour
Je garderai tout ce que tu aimes
tout au fond d'un poème
Tout çà pour dire que je garderai un petit bout de ton regard
tout au fond de ma mémoire.

Déposé par elise2512 le 15/01/2016  


Rien n'est plus doux,
Rien ne donne à la peau une sensation plus délicate,
Plus raffinée,
Plus rare,
Que la robe tiède et vibrante d'un chat.
(Guy de Maupassant)

Déposé par biscuit le 15/01/2016  


Seigneur Dieu,
Ceux qui n'ont jamais eu d'animal de compagnie,
Trouveront étrange cette prière,
Mais Vous, Seigneur de Toute Vie et Créateur de Toutes les créatures,
Vous comprendrez.
Mon coeur est lourd,
Car je viens de perdre ma(mon) compagne(compagnon) bien-aimé(e),
Celle (celui) qui faisait tellement partie de ma vie.
Cette compagnie a rendu ma vie plus agréable,
Elle m'a permis de rire et de trouver la joie auprès d'elle.
Et sa présence me manquera.
Avec elle j'ai appris plusieurs leçons, telles la valeur du naturel
Et la quête d'affection spontanée,
Soucieux de répondre à ses besoins quotidiens,
J'ai cessé de penser uniquement à mes propres besoins
Et j'ai ainsi appris à être utile aux autres.
Puisse la mort de cette créature qui est la Vôtre
Me rappeler que la mort attend chacun de nous,
Animaux comme les humains,
Et qu'elle est un passage naturel pour toutes les formes de vie.
Puisse (nom de l'animal) dormir d'un sommeil paisible et éternel sous Votre Divine protection
En attendant la plénitude et la libération de toute la création.

Déposé par elise2512 le 14/01/2016  

LES YEUX DU CHAT
Les yeux dans les siens
Ne les laisse pas t’échapper.
Très lentement, tu vas glisser
Dans l’eau dorée de ce regard,
Glisser sans fin jusqu’à
T’anéantir dans son immensité.
Regarde bien les yeux du chat.
Bientôt tu seras devenu,
Sans le savoir, le chat lui-même,
Les yeux du chat qui te regarde.
(Albert Uriet)

Déposé par biscuit le 14/01/2016  

Il y a des souffrances qui pèsent des tonnes
Et pour ne pas que tout espoir nous abandonne
On joue le rôle de celui pour qui tout va bien
Pourvu que les autres n'en sachent rien
On fait au mieux pour sauver la face
Pour que notre entourage ignore par où l'on passe
On rit on danse on fait les fous comme à Venise
Mais quoiqu'on fasse mais quoiqu'on dise
Les blessures qui ne se voient pas
Nous font du mal bien plus que toutes les autres
On les enferme au fond de soit
Mais est-ce que toute une vie on les supporte ?
L'orgueil nous aide à tenir le coup
Apparemment on pourrait même faire des jaloux
C'est à nous même que l'on se joue la comédie
Pour s'inventer qu'on est guéri
Les blessures qui ne se voient pas
Nous font du mal bien plus que toutes les autres
On les enferme au fond de soit
Mais est-ce que toute une vie on les supporte ?
Ces blessures là
Qui ne se voient pas
Il y a des souffrances qui pèsent des tonnes
Et que ne pas que tout espoir nous abandonne
Il faut se dire que tôt ou tard on va guérir
Les blessures qui ne se voient pas
Parfois semblent avoir perdu nos trace
Et quand on ne s'y attend pas
Sans que jamais les autres le sachent
Elles remontent à la surface
Et nous fusillent une fois encore
Les blessures qui ne se voient pas
Qui nous font du mal bien plus que toutes les autres
Ces blessures là
Qui ne se voient pas
on vit avec chaque jours
vous nous manquez nos petits amours,

Déposé par biscuit le 13/01/2016  

Un au revoir ne coûte rien
Un adieu augmente mon chagrin
Une larme coule sur ma joue
Et une pensée reste pour toujours
Tu me manques pour la vie et à l’infini
Tu ne le sais pas
Mais je continuerai à penser à toi
Car tu as toujours été là pour moi
C'est vrai que tu n'es plus sur terre
Mais dans mon cœur tu demeures
Je pense à toi, c'est impossible de t'oublier
Je voudrais revenir en arrière
Pour t'empêcher de mourir
Enfin arrêter toute cette tristesse
Et retrouver le petit monde heureux.
Mais je le sais, c'est impossible
Je voudrais juste te retrouver
Et t'embrasser une dernière fois
Te serrer contre moi
Pour sentir ton odeur
Et la graver à jamais dans mon cœur


L'Album photo contient 11 photos



Poster un message ou bien Déposer une fleur

Identifiez vous

Pour poster un message ou bien une fleurs, vous devez être un membre inscrit

Vous n'êtes pas connecté

Votre pseudo        Votre mot de passe       
Poster un message
ou bien Déposer une fleur

Joindre un message court avec une fleur :


Validez